| news

La crise pousse les banques à se rebeller contre certaines pratiques des traders en pétrole

HSBC est très exposée aux faillites de négociants en pétrole. Keystone / Matt Dunham

Dans le monde du négoce, les faillites se suivent et les mauvaises pratiques se ressemblent. A Singapour, l’un des principaux centres du commerce de matières premières, la crise révèle la vulnérabilité des banques qui financent ces opérations, sans trop tester la probité de leurs débiteurs. En quelques mois, trois sociétés soupçonnées de fraude exposent de grandes banques à des découverts qui se chiffrent à plus de cinq milliards de dollars.

Pourquoi on vous en parle. Avec environ un quart des volumes mondiaux, la Suisse devance Londres, Houston et Singapour, en tant que première place de négoce de matières premières, comme le pétrole, le blé et les métaux. Longtemps, les autorités ont renoncé à comprendre et juguler les risques associés à ce secteur opaque.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi