| | news

Raphaël Arlettaz: «Le déclin de la biodiversité effleure à peine les consciences»

Prairie au-dessus de Champex en Valais | Biodiversity Heritage Library, CC

Le rapport mondial de l’Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services (IPBES), le «GIEC de la biodiversité», discuté ces jours à Paris, sera dévoilé lundi 6 mai 2019. Il dressera un tableau noir sur l’état de la planète et pointera notamment l’extinction massive des espèces animales et végétales, liée aux activités humaines. Le problème demeure encore largement méconnu du public, et peu pris en compte par les pouvoirs publics.

L’analyse de l’expert. Raphaël Arlettaz, professeur de biologie de la conservation à l’Université de Berne, a participé à sa rédaction, et le commente pour Heidi.news.

Cet article est réservé aux Membres.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

Devenez Membre
newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi