| | interview

«Le contexte humanitaire a changé et nécessite de nouvelles solutions pour la gestion de l'eau»

Réfugiés syriens au Liban, 2014 | Hussein Malla / Keystone

L’université de Neuchâtel propose depuis cette année un nouveau Certificate of Advance Studies se concentrant sur la question de la gestion de l’eau dans les situations d’aide humanitaire. Outre son sujet peu commun, les CAS in Water Sanitation and Hygiene for humanitarian and developing contexts (CAS WASH), a la particularité d’être une collaboration entre trois institutions des trois principales régions linguistiques de la Suisse : l’université de Neuchâtel pour les francophones, Eawag-Sandex pour les germanophones et le SUPSI pour les italophones.

Ellen Milnes, professeure d’hydrologie à l’université de Neuchâtel, et Claudio Valsangiacomo, professeur en développement et coopération au SUPSI, sont deux des coordinateurs de ce projet.

Cet article est réservé aux Membres.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

Devenez Membre
newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi