Dessin: Dimitri Procofieff pour Heidi.news

La nouvelle ruée vers l’or de la phagothérapie

Après des décennies de bannissement, le retour de la phagothérapie en Europe et aux Etats-Unis semble se concrétiser. Dans cet épisode, notre journaliste dresse le tableau d’un marché qui pourrait bien exploser, lorsque les obstacles auront été aplanis. Elle relativise aussi Phagoburn, essai clinique fortement médiatisé qui ne rendait pas justice au pouvoir thérapeuthique des phages. Et enfin, elle n’hésite pas à se rendre au buffet de la gare de Lausanne, pour découvrir que ce pourrait bien être 24 kilomètres plus au nord, à Yverdon-les-Bains, que tout pourrait se passer.

Un mur, des tranchées et des fils barbelés. D’un côté, le jet d’eau, la Suisse et l’Europe. De l’autre, un monde étranger. Un monsieur avec une tête en forme de boîte, un long tronc et des tentacules se présente devant la guérite chargée de surveiller le passage entre ces deux contrées. C’est un bactériophage. Il souhaite venir travailler en Europe, sauver des vies et réduire le nombre d’amputations effectué quotidiennement dans nos hôpitaux. Mais l’accès lui est refusé.

Le système ne reconnaît ni son iris, ni ses empreintes digitales. Certificats, brevets et permissions requises par les autorités de régulation sanitaire sont exigés.

Cet article est réservé aux Membres.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

Devenez Membre