| | news

L'hélicoptère martien de la Nasa est (presque) bon pour le service

L'hélicoptère martien de la Nasa, posé sur le support. Ce dernier sera fixé sur le rover de la mission Mars 2020 | NASA/JPL-Caltech

L’hélicoptère martien de la Nasa a presque achevé ses tests, a annoncé l’agence ce jeudi. Il doit accompagner le rover de la mission Mars 2020, qui doit décoller de Cap Canaveral, en juillet 2020, à destination de la planète rouge.

Pourquoi ce sera une première. Si la mission réussit, ce sera la première fois qu’un engin vole dans l’atmosphère d’une autre planète. L’hélicoptère devra prouver que l’air martien, cent fois moins dense que celui de la Terre, permet de faire voler des engins.

De quoi est-il constitué? D’une masse de 1,8 kg —dont 273 grammes de batterie—, le drone autonome est principalement en fibre de carbone. Haut de 80 cm, il tire son énergie d’un panneau solaire. Il est propulsé par deux hélices de 1,2 m de diamètre. Il est équipé de deux caméras couleur. La Nasa prévoit, pour de futures missions, développer un engin plus puissant capable d’emporter des instruments scientifiques.

Selon le JPL, qui l’a conçu, l’engin peut voler à 10 m/s horizontalement (36 km/h) et 3 m/s verticalement. Ses hélices tournent jusqu’à 47 tours par seconde. Son rayon d’action est de 600 mètres, et son altitude maximale de 400m.

L’engin a réussi, en mars, plusieurs vols dans un environnement simulant l’atmosphère martienne. Il a subi des tests de stress, notamment des vibrations intenses simulant le décollage de la fusée. Les derniers tests sont prévus cet été, avant que l’engin ne soit installé sur son support et fixé sur le rover.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi