News

L'épidémiologiste qui a fait changer d'avis le Royaume-Uni sur la stratégie face à Covid-19

Boris Johnson s'exprime sur le Covid-19 | Number10/Flickr/Creative Commons

Comment expliquer le revirement soudain du Premier ministre britannique? Le 12 mars, Boris Johnson annonçait miser sur une périlleuse stratégie «d’immunisation massive», consistant à n’isoler que les personnes de plus de 70 ans, et laisser les autres exposés au virus, éventuellement l’attraper, afin d’être immunisés plus tard en cas de résurgence. Une décision à haut risque, sur laquelle le Royaume-Uni a depuis fait volte-face: le 16 mars, Boris Johnson a demandé à ses concitoyens d’éviter les contacts «non essentiels», alors qu’une interdiction des grands rassemblements entrait en application le 17 mars.

Pourquoi on en parle. C’est un rapport rédigé par le prestigieux Imperial College de Londres qui aurait fait changer le gouvernement britannique d’avis. Selon celui-ci, le Covid-19 représente «la menace la plus sérieuse posée par un virus respiratoire depuis la pandémie de grippe H1N1 en 1918». Les chercheurs ont modélisé l’évolution de l’épidémie au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et conclu à des chiffres alarmants. C’est une étude fondée sur les travaux de la même équipe, transposée à la France, qui aurait convaincu Emmanuel Macron de passer à des mesures d’isolement plus drastiques, a révélé Le Monde.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi