| | news

L’épidémie de grippe en Australie doit-elle nous inquiéter?

Baie de Sydney | Keystone

L’Australie fait face à une épidémie de grippe saisonnière particulièrement précoce et intense, en comparaison des années précédentes. Les dernières données font état de plus de 70'000 cas de grippe et déjà près de 140 morts, depuis le mois de janvier

Pourquoi on vous en parle. L’information, qui a largement circulé sur les réseaux sociaux, a suscité de nombreuses réactions, les internautes craignant une épidémie particulièrement sévère dans l’hémisphère nord pour l’hiver 2019. Mais quelles conclusions peut-on vraiment tirer des données australiennes?

Ce que montrent les données. Le ministère de la Santé australien publie toutes les deux semaines un rapport sur l’évolution de l’épidémie de grippe saisonnière. Le dernier, qui couvre la période du 20 mai au 2 juin 2019, indique que:

  • 14’522 nouveaux cas ont été confirmés, portant le total à 70341 depuis janvier 2019

  • 147 décès sont imputables à la grippe depuis le début de l’année

  • Le virus majoritairement retrouvé dans les prélèvements réalisés est un virus de type A (81%)

  • 589 personnes ont été hospitalisées suite à une grippe depuis le 1er avril 2019. C’est trois fois plus que la moyenne sur les 5 années précédentes.


Capture d’écran 2019-06-20 à 14.29.54.png
Nombre de signalement de la grippe en Australie | NNDSS

Comment expliquer ce phénomène? Les grippes se succèdent mais ne se ressemblent pas! Chaque épidémie a ses spécificités, dépendantes de nombreux facteurs et il est difficile de savoir pourquoi une année sort du lot.

Ana Rita Gonçalves Cabecinhas, responsable technique et opérationnelle du Centre National de Référence de l’Influenza (CNRI), relève cependant que:

«Si l’on regarde les données des années précédentes, on note que l’épidémie de grippe 2018 a été moins forte en Australie que celles des années précédentes.

Mais surtout, on constate que le virus a persisté pendant l’été austral, avec un nombre de cas rapportés au-dessus de la moyenne habituelle. C’est peut-être un élément qui a joué dans la précocité de l’émergence de l’épidémie actuelle.»

La spécialiste note par ailleurs que, pour l’heure, les données ne permettent pas de dire si l’épidémie 2019 va être plus ou moins sévère que les précédentes.

Quelles conséquences pour l’hémisphère nord. Les centres nationaux de surveillance des épidémies de grippe sont très connectés, souligne la Dre Gonçalves Cabecinhas.

Les données de chaque pays sont transmises très régulièrement à une plateforme, gérée par l’Organisation mondiale de la santé, qui permet aux spécialistes d’avoir accès aux données du monde entier. Mais les données de l'hémisphère sud sont-elles utiles aux experts du Nord? Ana Rita Gonçalves Cabecinhas poursuit:

«Il est toujours intéressant et important de regarder ce qui se passe ailleurs, ne serait-ce que pour réagir plus vite si nous venions à identifier une flambée de grippe dans un hôpital suisse en plein été. Les gens voyageant beaucoup, cela peut arriver, mais reste rare.

Nous suivons attentivement l’évolution de l’épidémie australienne, au cas où une pandémie émergerait. Mais sinon ce qui se passe au Sud ne nous sert pas du tout à prévoir l’épidémie à venir chez nous; il ne s’agit jamais d’un copier-coller!»

Les virus de la grippe sont-ils les mêmes au nord et au sud? Si les virus de la grippe humaine en circulation sont toujours les mêmes, à savoir A (H1N1/H3N2) et B (Magata/Victoria), ils ne circulent pas forcément tous, ou dans les mêmes proportions, selon les hémisphères. En conséquence, les vaccins sont différents au Sud et au Nord. Les données d’efficacité émanant d’Australie n’augureront donc rien sur l’efficacité du vaccin disponible à l’automne pour les pays du Nord.

La composition du vaccin anti-grippal. Les recommandations de l’OMS pour la composition du vaccin anti-grippal ont été publiées entre février et mars 2019 pour l’hémisphère nord. Deux modifications ont été apportées par rapport au millésime 2018, relève l’OFSP: le virus du sous-type A(H1N1)pdm09 et le virus du sous-type A(H3N2) ont été remplacés afin de mieux couvrir les virus Influenza en circulation.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi