| | news

L'ADN de quatre enfants préhistoriques réécrit l'histoire de l'Afrique de l'Ouest

Fouilles sur le site de Shum Laka, Cameroun, 1994 | Isabelle Ribot

Ils sont âgés de 3000 à 8000 ans, et ont le potentiel de réécrire une large part de notre histoire évolutive. L’ADN de quatre enfants préhistoriques, découverts dans l'ouest du Cameroun, met en lumière les traces génétiques de populations humaines aujourd’hui disparues. Une équipe internationale a publié ces résultats ce mercredi 22 janvier dans la revue Nature.

Pourquoi on en parle. Depuis dix ans, les études sur l'ADN humain ancien ont gagné du terrain, réécrivant des pans entiers de notre histoire évolutive. C'est en tout cas le cas pour l'Europe et l'Asie, où ont été précisés les liens de parenté et de métissage entre Homo sapiens et Néandertal. En comparaison, l'Afrique est le parent pauvre de cette nouvelle discipline, avec seulement une poignée d'articles consacrés au continent d'où provient pourtant l'espèce humaine. Cette nouvelle étude est la première qui se base sur des fossiles humains du centre-ouest de l'Afrique.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner
newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi