| idées

L'actualité vue par un Israélien d'origine palestinienne et un autre d'origine juive

Nous sommes tous deux israéliens, d’origine juive pour Meron et palestinienne pour Ameer. Ce soir, à l’Université de Genève, nous vous expliquerons comment nos deux peuples pourraient enfin vivre en paix. Nous sommes très honorés d’être les rédacteurs en chef invités de cette édition spéciale du Point du jour, la newsletter matinale de Heidi.news. Nous en profitons pour vous décrire l’idée qui prend de l’ampleur dans notre pays: une terre pour tous, qui rassemble deux Etats confédérés!

Dans notre radar

A Land for All! Ce soir à 18h30 à l’université de Genève, nous présenterons notre projet «Two States, One Homeland» lors d’une conférence qui sera ouverte par Silvia Naef et conclue par Frédéric Esposito, tous deux du Global Studies Institute, en partenariat avec Heidi.news. Seize ans après la fameuse Initiative de Genève, nous militons pour la création d’une confédération qui rassemblerait un Etat israélien et un Etat palestinien. Les frontières seraient celles de 1967, mais seraient franchissables: chacun, quelle que soit son origine, pourrait s’établir où il le souhaite. Utopie? Non, notre mouvement prend de l'ampleur. Nous sommes invités à Genève par B8 of Hope, une ONG suisse qui soutient plusieurs initiatives de dialogue israélo-palestinien, dont la nôtre.

Université de Genève (FR)

Merci Nétanyahou! (Ameer) Dans quinze jours, nous saurons s’il va y avoir de nouvelles élections en mars 2020, après celles d’avril et de septembre 2019, qui n’ont pas dégagé de majorité. C’est un moment extraordinaire dans la vie politique israélienne: nous retenons tous notre souffle! Aujourd’hui, en Israël, la grande division politique n’est plus entre la gauche et la droite, mais entre les suprémacistes juifs, qui veulent assujettir de force les autres races et religions, et les partisans d’un partenariat, pour vivre ensemble sur la même terre. Cela fait dix ans que Benyamin Nétanyahou bloque tout progrès vers la paix. Mais grâce à ses politiques discriminatoires et répressives, le camp du vivre ensemble est en train de gagner du terrain.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner
newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi