| idées

L'actualité vue par Philippe Rebord, ancien chef de l’armée

Philippe Rebord

Ce texte est issu de la newsletter quotidienne et gratuite de Heidi.news, Le Point du jour, et de ses éditions spéciales avec un invité.

Bonjour, c’est Philippe, ancien chef de l’armée, retraité depuis le début de l’année et confiné à Fully d’où je rédige avec plaisir cette newsletter spéciale pour Heidi.news.

Aujourd’hui, je vous parle de la volonté de s’engager de tous les citoyens-soldats, qui confère toute sa pertinence à notre concept de mobilisation que j’ai aidé à réintroduire. Une heure après le déclenchement de la mobilisation par SMS contre le coronavirus, 87% de la troupe a répondu présent. L’esprit de milice est bien vivant!

Dans mon radar

Nos parlementaires fédéraux à la foire de Berne. Les chambres fédérales se réuniront en session extraordinaire à la Foire de Berne, à partir du 4 mai 2020, pour se pencher sur les mesures urgentes proposées par le Conseil fédéral. Il est bon, dans une démocratie digne de ce nom, que le Parlement puisse valider, comme instance politique suprême du pays, le concept de gestion de crise du gouvernement. Même si certains députés, en raison de leur âge, renonceront peut-être à venir, la Suisse n’a pas pris la décision de réduire le nombre de parlementaires pouvant siéger in corpore, comme c’est le cas dans d’autres pays. Le déplacement à la foire de Berne montre qu’elle prend les mesures nécessaires pour protéger la santé des députés.

Le Temps (FR)

L’après corona, une sortie de crise globale. Le coronavirus nous pousse à repenser notre quotidien et notre sécurité. Il est impératif de préparer dès à présent les concepts de sortie de crise, que ce soit au niveau national et international. Le redémarrage sera compliqué. Dans nos sociétés hyper connectées, à la logistique du flux tendu dans tous les domaines, le redémarrage ne peut être que global et coordonné. Dans tous les cas, ce ne sera pas simple. La solidarité ressentie aujourd’hui dans le pays devra perdurer.

Heidi.news (FR)

La confiance pour sortir de la crise de l’information. Nos hôpitaux, leur personnel qualifié, les instances compétentes, continuent à gérer la crise avec beaucoup de réactivité, de faculté d’adaptation, de calme et d’humilité. Je leur tire mon chapeau, alors que le contexte est propice aux fake news ou aux études sommaires les plus diverses, à l’image de ce rapport Covid-19 du «Health Geography and policy group» de l’ETH Zurich, largement diffusé dans les médias. Je ne suis pas très réseaux sociaux, mais ce genre de rapports sortis à la hâte me font bondir et contribuent à désécuriser une partie de la population. Ils créent la panique alors qu’il faut rester calmes. Le plus grand danger, dans cette pandémie est le chaos en termes d’information. A mon sens, il y a urgence de la confiance. J’ai confiance.

ETH Zurich (EN)

Rappel des infos qui comptent

Les jeux s’arrêtent. Une pandémie touche le monde entier, la première de cette ampleur depuis 100 ans. Le CIO reporte les jeux olympiques de Tokyo. Nous sommes bien en guerre. Je suis surpris de la vitesse à laquelle les fédérations sportives ont réussi à se coordonner pour reprogrammer les jeux, tant l’agenda sportif pour 2021 était déjà surchargé. Ce report n’aurait pas été possible sans celui des mondiaux d’athlétismes déplacés à 2022.

The Guardian (EN)

Les hôpitaux victimes de cyberattaques. La menace cybernétique touche toute la société. Elle vient s’ajouter aux autres menaces, elle ne les remplace pas. Cette sphère d’opération dans le cyber espace est un souci permanent pour notre armée, qui doit se protéger en tout temps pour fonctionner. Il en va de même pour nos centres hospitaliers et pour nos centres de distribution en tout genre.

Futura Sciences (FR)

Un gouvernement renversé. La nouvelle du renversement du gouvernement kosovar en pleine pandémie n’est pas rassurante pour la stabilité de la région. L’armée suisse en sait quelque chose puisque le parlement devrait prolonger l’engagement de Swisscoy sur place pour trois ans. Pour mémoire, nous y sommes depuis 20 ans dans le cadre de la KFOR et fournissons, entre autres, des moyens de génie pour assurer la liberté de mouvement.

Le Nouvelliste (FR, Paywall)

Bien vu

Photo article
Le Pape François prononçant une bénédiction «Urbi et Orbi» en réponse à la pandémie du coronavirus le 27 mars 2020. KEYSTONE / EPA VATICAN MEDIA

J’aime cette photo du Pape François donnant la bénédiction «Urbi et Orbi» −usuellement prononcée qu’à Noël et à Pâques− devant une Place Saint-Pierre vide le 27 mars. Temps du coronavirus oblige, elle a été retransmise en direct dans le monde entier pour que les fidèles connectés puissent recevoir l’indulgence. Ce message d’espoir et de compassion est de nature à renforcer notre capacité de résilience. Le Christ en Croix en arrière-plan veille sur nous. Sans les êtres humains, tout semble vain. Nous nous engageons pour l’humanité.

Une raison d’espérer

Ces héros révélés par la crise. L’engagement professionnel de toutes celles et ceux qui restent actifs est admirable. Il permet de circonscrire la crise du coronavirus et d’assurer que la logistique et l’infrastructure du pays continue de fonctionner. Pas besoin donc d’introduire le rationnement. Nous avons de l’eau et de l’électricité, ce qui nous permet de vivre normalement. Ce sont ceux qui restent actifs au quotidien et leur engagement qui permet de porter tous les efforts sur la crise sanitaire. Cet effort principal va porter ses fruits.

Le Temps (FR)

Dans mon viseur...

Poursuivre le Développement de l’armée. Grâce au projet de réorganisation de l’Armée, DEVA, qui a réintroduit la mobilisation, l’armée suisse est en capacité de mobiliser 35’000 hommes en 10 jours. Sur le plan européen, c’est un niveau de performance du niveau de la Champions League. Le niveau d’ambition de l’OTAN est de 30’000 hommes en 30 jours. L’institution milicienne est plus flexible et réactive. Ces efforts dans la maîtrise de la mobilisation que j’ai accompagnés lorsque j’étais à la tête de l’institution doivent être intensifiés. Il en va de la crédibilité du système et de la capacité de l’armée à apporter rapidement de l’aide en cas de besoin. L’armée sera jugée sur sa capacité à apporter son appui rapide aux autorités cantonales.

Admin.ch (FR)

Les menaces et tensions majeures dans le monde ne vont pas disparaître si facilement. La pandémie du coronavirus n’éclipsera pas les menaces plus classiques que sont le retour de la politique de puissance, le terrorisme, les catastrophes naturelles, les migrations, les attaques dans le cyber espace. Cela implique que nous devons tout faire pour que notre armée reste un système global, capable d’aider, de protéger et de combattre dans toutes les sphères d’opération simultanément. Il s’agit d’un effort politique et citoyen de longue haleine et nous ne sommes qu’au début des efforts à mettre en œuvre.

Center for Security Studies (CSS, ETH Zurich) (EN)

Prendre soin de notre système de milice. L’engagement citoyen irrigue toute notre société. Il est une des clés de la «success story» de notre Pays. Il implique l’appui de toutes les composantes de la société, plus particulièrement des employeurs. Leur effort est à souligner. Je leur dis merci. Cette pandémie est un moment de vérité pour notre société. L’individu roi de ces dernières années prend conscience du fait qu’il n’est rien sans les efforts de la collectivité. Tout bascule en peu de temps. La montée en puissance d’un service citoyen déjà évoqué dans un Point du jour est de nature à renforcer le lien social. Apprendre à donner avant de recevoir ne peut que renforcer les liens dans notre société. Or les liens, c’est ce qui fait le Pays et sa résilience.

Schweizer Soldat (DE)

Ça pourrait vous étonner

Morand lance un désinfectant à l’eau de vie. A l’arôme poire-menthe, cela va nous motiver à nous laver encore davantage les mains. Le privilège des valaisans, quoi! Peu importe le flacon, pourvu qu’on puisse se désinfecter.

Le Nouvelliste (FR)

Mon souhait? Embrasser mes enfants. Madame la Conseillère d’Etat Nathalie Fontanet, remise du Covid-19, responsable de la lourde charge des finances de la République et Canton de Genève, nous rappelle nos soucis de parents et de grands-parents. Je salue son humanité et son message d’amour. L’éloignement, contraint, de ces jours est une souffrance nécessaire. Skype ne remplace pas tout.

Le Temps (FR)

Si vous avez encore le temps

La face cachée de la transition énergétique et numérique. D’aucuns parlent d’un nouveau monde enfin affranchi des matières fossiles, des pollutions, et de tout le reste… Nous sommes en réalité dans une nouvelle dépendance, celle des métaux rares, où la Chine a le lead. Ils sont devenus indispensables au développement de la nouvelle société. Or, les coûts environnementaux, économiques et politiques de cette dépendance sont encore pires que ceux de notre société industrielle actuelle. Le débat écologique doit être mené de façon globale. Réduire le débat au seul CO2 est une solution de facilité. Le débat doit surtout avoir lieu hors des anathèmes et des hystéries du moment. Il en va de notre capacité à construire ensemble la société de demain.

Guillaume Pitron, «La guerre des métaux rares: la face cachée de la transition énergétique et numérique», éd Les Liens qui Libèrent, 2018 (FR)

Philippe Rebord, bio express. Chef de l’armée suisse entre 2017 et 2019, le commandant de Corps Philippe Rebord est à la retraite depuis le début de l’année. Hors période de confinement, il reprend goût à la marche sur les sentiers de son canton d’origine, le Valais. Aussi connu pour être «le général qui a pacifié l’armée», il a beaucoup encouragé la promotion de la paix à l’étranger dans sa fonction à la tête de l’armée. Il a mis en œuvre, avec le chef du DDPS, le plan de développement de l’armée (DEVA).

A titre privé, Philippe Rebord est marié et père de deux filles majeures. Il a siégé durant 35 ans au comité d’Athletissima (1981-2016), dont 3 ans comme Président (2014-2016).

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi