| Opinions

«J’en ai marre d’Instagram qui contrôle ma vie»

Serge Michel

Ce matin, je partage les propos d’une fille... la mienne. Elle a 15 ans et parle en connaissance de cause d’un sujet cher à la rédaction de Heidi.news: l’addiction digitale. Et cela au moment où paraît notre deuxième revue imprimée: Votre cerveau a été piraté.

Ce fut un vrai truc de ouf. Un discours sincère comme le père d’une adolescente de 15 ans n’osait plus en rêver.

Papa, prononça-t-elle lentement, j’en ai marre de mon tél, j’en ai marre d’Insta qui contrôle ma vie, j’en ai marre de quand j’ai rien à faire, d’aller sur Insta au lieu de je sais pas, lire un livre, ou ranger ma chambre.

Ces mots tant espérés me laissèrent bouche bée. C’était juste avant les vacances d’octobre. J’étais en train de débarrasser la table. Il fallut que je m’assisse. Je fis semblant d’éloigner mon propre téléphone, tout en démarrant l’enregistrement. On ne se refait pas. Et de toute façon, j’aurais été bien incapable de me souvenir de ses phrases, de sa flamme, pour vous les restituer ce matin dans leur forme originale, un peu abrégée.

Tu vois je suis esclave. Tout ça parce qu’il y a des meufs que je trouve cool sur Insta et que j’ai envie de stalker leur life. J’ai l’impression que leur vie est meilleure que la mienne alors que c’est pas du tout vrai. C’est genre plus fort que moi. J’ai lu un truc là-dessus, ils créent un truc dans ton cerveau, ça fait que t’as envie de voir la vie des autres. C’est un truc de malade comment ça contrôle ta vie. Et j’en ai marre, à chaque fois que j’ai un truc à faire, je me dis non, flemme, je vais sur Insta. Et Insta, genre, je passe ma vie à faire défiler des trucs qui veulent rien dire. Okay après peut-être j’apprends des trucs intéressants, tu vois, mais je peux en apprendre tout autant juste en écoutant la radio.

Du miel dans mes oreilles, et l’écho de ce que je lui répète chaque soir en lui prenant son téléphone à 21h30. Voyant ma satisfaction, elle prétendit que je n’avais pas le droit d’enregistrer. Mais c’était trop tard, elle ne pouvait plus s’arrêter.

Insta, tu vois, tu te dis je vais juste regarder deux ou trois photos. Tu passes, tu passes, tu regardes des vidéos. Et après tu tombes sur des trucs super intéressants, qui sont que sur Insta, genre Extinction Rebellion, genre des mouvements féministes, genre toutes les grèves, je suis au courant par Insta! Après, il y a aussi beaucoup de trucs débiles. Il y a deux meufs de ma classe, elles sont tout le temps sur Insta, elles sont là, Kylie Jenner et Travis Scott ils sont plus ensemble, la, la, la. Mon dieu, la la la.

L’année passée il y avait une meuf qu’on trouvait super fraîche sur Insta, vraiment belle, avec un flow de malade. Et vraiment, on la jalousait. On se sentait nulles à côté. La meuf, je l’ai rencontrée, en fait elle parlait comme une cruche, elle était super chiante, tous ses potes disent que c’est une gamine, qu’elle change de groupe de potes tous les mois. Je veux pas devenir comme ça, poster des photos de moi avec des gens qui mettent plein de commentaires dessous: ouais t’es trop belle, t’es trop belle. Alors que les gens c’est juste des faux-culs, que la photo elle est éclatée et que juste la meuf, elle veut faire la meuf.

Tu m’achètes un vieux téléphone à touches? Ma copine Anika va faire la même chose, elle n’aura même plus de vrai tél, juste un petit Nokia. Elle dit qu’il faut arrêter d’être obsédée par ça, que ça te pourrit la vie. Bon, si j’ai pas Insta, c’est chaud parce que tous mes potes, tu leur parles sur Insta ou sur Snap. Ca m’énerve. Des fois, je suis avec mes potes et on est tous sur Insta. On s’envoie de trucs alors qu’on est dans la même pièce. Ca me travaille depuis super longtemps. Genre un mois, enfin presque. Papa, c’est sérieux, j’en ai marre! Après, peut-être j’installerai Insta juste de temps en temps, pour pousser des trucs. Des photos cool, et je le désinstallerai aussitôt, pour ne pas l’avoir sur mon tél. C’est comme les alcolos, faut pas qu’ils aient du vin à la maison!

Je réussis enfin à poser une question: pourquoi veux-tu poster des trucs sur Insta alors que tu détestes Insta?

Parce que personne n’utilise plus Facebook ou les blogs ou je ne sais quoi. Si je veux genre influencer des gens, c’est sur Insta, c’est facile, c’est sous leur nez tous les jours. Sur les blogs, même les gens qui s’intéressent à ma vie ils vont dire flemme. Et pour donner l’adresse de mon blog, je fais comment? C’est nul. Personne s’intéresse suffisamment à quelqu’un d’autre pour aller voir son blog! J’ai vraiment envie d’arrêter Insta, mais c’est trop radical. Achète-moi un téléphone à touches, et Insta j’irai de temps en temps, juste pour alimenter, pour que l’image que les gens auront de moi soit pas nulle… tu vois? Insta, c’est super important, vraiment. Je ferai des efforts, je regarderai pas qui like, je pèterai pas un câble si une meuf elle a plus de likes que moi. Je m’en fous du nombre de followers, j’en ai 649, je veux juste avoir un compte qui me représente un minimum.

Deux semaines se sont écoulées depuis ce discours. Elle s’est procuré un téléphone à touches et affirme avoir diminué le temps qu’elle passe sur Instagram. J’aimerais la croire. J’aimerais aussi qu’elle trouve le temps de lire notre Exploration sur l’addiction digitale, qui explique très précisément comment elle est devenue l’esclave de son téléphone…

PS: Ma fille a lu et approuvé ce texte avant parution.

link

Pour commander notre revue: https://shop.heidi.news/product/pre-commande-revue-votre-cerveau-a-ete-pirate-par-gea-scancarello

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!