Réservé aux abonnés

Il paraît que la guerre froide a pris fin il y a 25 ans

Le président russe Boris Eltsine et le secrétaire général de l'Otan Javier Solana signent le traité qui devait mettre un terme à la guerre froide. | Keystone/AP /Jérôme Delay

Paradoxal anniversaire vendredi 27 mai prochain — qui ne pourra vraisemblablement pas être célébré. En 1997, à Paris, la Russie et l’Otan signaient un accord considéré comme «l’Acte fondateur» ayant mis un terme définitif, croyait-on alors, à 50 ans de guerre froide. Mais la crise ukrainienne est venue rappeler que le clivage Est-Ouest est tout sauf de l’histoire ancienne.

Pourquoi c’est intéressant. La marche du monde est suspendue à la guerre en Ukraine, dont les développements et conséquences sont encore incertains. Ce conflit est la matérialisation parfaite de la défiance qui n’a jamais cessé d’imprégner les relations entre les deux blocs, malgré la signature de plusieurs accords, dont celui de 1997.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter