Reservé aux abonnés

Guerre en Ukraine: Pékin ne répond toujours pas

Près de deux heures de discussions entre les présidents Joe Biden et Xi Jinping samedi. | Keystone/AP/Xinhua / Liu Bin

D’une perspective suisse et européenne, la guerre en Ukraine semble être entrée dans une triste phase de normalisation. Celle de l’acceptation et du réconfort égoïste, de la solidarité ciblée aussi. Ciblée et limitée. Dans cette tragédie, une actrice pourtant majeure manque à l’appel: la Chine de Xi Jinping.

Les nouvelles du front. Elles sont nombreuses, démoralisantes — dix millions de déplacés —, parfois contradictoires, souvent orientées selon le camp qui les diffuse. Ce week-end, l’actualité aura été marquée par une série d’attaques russes, dont la première en pleine nuit, sur une caserne militaire «totalement dévastée» à Mykolaïv. Le bilan humain est incertain, mais le nombre de morts pourrait dépasser la centaine.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous