| | news

Faut-il relever les normes d'émission des antennes pour faciliter le déploiement de la 5G?

Image d'illustration | SINA SCHULDT/DPA/KEYSTONE

En cette semaine de dernière ligne droite avant les élections fédérales, nous publions chaque jour un article sur les dossiers que nous suivrons lors de cette législature. Pour vous aider à voter, nous demandons aux partis leur position sur le sujet.

En Suisse, le déploiement de nouvelles antennes pour la 5G a commencé depuis plusieurs mois pour les opérateurs télécoms. Les opérateurs Swisscom, Sunrise et Salt, après avoir enchéri à l’été 2018 pour l’attribution des blocs de fréquences, se sont vu octroyer au début 2019 les précieuses licences d’exploitation qui leur permettront de déployer le nouveau réseau de téléphonie mobile 5G. Mais pour tirer pleinement parti de son potentiel économique, la réglementation fédérale peut encore être aménagée pour aligner les seuils limites d’émission des antennes de l’ORNI avec ceux de l’Union Européenne.

Pourquoi c’est important. Le déploiement de la 5G est au carrefour d’enjeux et de préoccupations très diverses: techniques, sanitaires, et sociales. Il y a d’abord l’enjeu économique stratégique pour la Suisse, puisqu’il s’agit d’une technologie clé pour poursuivre la numérisation de la société. De l’autre côté, l’enjeu sanitaire, certains affirmant que le principe de précaution doit primer, et qu’il ne faut pas relever les normes d’émission. In fine, c’est aussi la question du modèle de société pour l’avenir qui se pose: les opposants à la 5G se positionnent souvent aussi contre le tout numérique.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner
newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi