Fondateur de Pharmalp, Philippe Meuwly se fournit en plantes alpines auprès de petits agriculteurs bio comme Isabelle Gabioud, ici dans sa parcelle de Commeire.

Faire le pont entre traditions médicinales et innovation médicale

Le développement des entreprises de santé en Valais ne se limite pas à la plaine du Rhône. Il lui arrive de remonter les alpages et l’histoire. A 1400 mètres d’altitude, dans le val d’Entremont, au-dessus du hameau valaisan de Commeire, Isabelle Gabioud cultive l’une de ses quatre parcelles de plantes médicinales. Et via un partenariat avec la start-up Pharmalp, elle a tissé un lien entre tradition et innovation qui met en route tout un écosystème local.

A voir ses deux ouvriers qui récoltent mélisse, thym citronné et hysope sous le soleil écrasant de juillet, il n’est pas évident de deviner qu’Isabelle Gabioud -qui tient le café du Mont Fort à Sarreyer en plus de cultiver des plantes médicinales- fait partie du monde des start-up. Et pourtant.

«Les anciens utilisaient beaucoup les plantes pour se soigner et soigner leurs animaux. Puis ce savoir s’est perdu avec les médicaments industriels sauf parmi quelques femmes qui l’ont conservé», explique-t-elle. C’est que comme d’autres agriculteurs tels que Sebastian Gruenenfelder, Nicolas Loretan et Jean-Luc Tschabold, Isabelle Gabioud s’est mise en quête de ce savoir avant de se lancer dans la production de plantes médicinales.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner