| | analyse

Être ou ne pas être une pandémie: ce qui se joue derrière ce simple mot

Shutterstock / Leremy

Pandémie ou pas pandémie de Covid-19? La question secoue la sphère médiatique, face au constat d’une progression rapide du virus dans plusieurs régions du monde. Mais l’OMS, qui fait logiquement référence en la matière, préfère ne pas utiliser le fameux «mot en P»… Qu’est-ce qui se cache derrière cette réticence et quels sont les enjeux pour la réponse sanitaire globale? Tentative de réponse en forme d’analyse.

Pourquoi on vous en parle. La question se pose face avec la flambée de cas que connaissent, après la Chine, des pays comme l’Italie, la Corée du sud, l’Iran ou, plus récemment, la France. L’ambivalence du terme «pandémie» ne facilite pas la lecture de la situation. Mais la réticence de l’OMS à employer le mot s’explique par au moins trois facteurs: la nécessité de favoriser une stratégie d’endiguement, celle d’éviter la panique et la volonté de tirer les leçons de la grippe H1N1.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

Lire aussi