Réservé aux abonnés

Décarbonation: comment les scientifiques montrent l’exemple

L'EPFL s’apprête à se passer entièrement de mazout et de gaz pour le chauffage des bâtiments et encourage la mobilité douce pour se rendre au travail. Photo EPFL

Cet article est principalement issu de Sciena, la plateforme commune des institutions du domaine des EPF.

La science est indispensable pour analyser le changement climatique et agir pour limiter ses effets. Mais elle y contribue aussi, notamment par les nombreux voyages que réalisent les scientifiques pour participer à des conférences internationales – les Sommets de la terre initiés par l’ONU étant probablement les plus énergivores de toutes.

A l’échelon national, après le rejet de la Loi CO2 par le peuple suisse le 13 juin, il faut chercher de nouvelles pistes pour diminuer les gaz à effet de serre. Toutes les hypothèses méritent d’être évaluées, qu’elles soient individuelles, collectives, privées ou publiques. Un exemple vient d’être donné par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, qui a effectué son premier voyage officiel virtuel en juin en Californie. Les Ecoles polytechniques fédérales ne sont pas en reste, qui s’engagent à réduire leur empreinte carbone.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter