| | radar

Plongée dans le monde des virus géants chasseurs de bactéries

Vue schématique d'un bactériophage typique (la tête contient l'ADN viral). | Pixabay

Les phages sont des entités virales qui s’attaquent aux bactéries, comme le savent déjà les lecteurs de Heidi.news grâce à l’exploration «Antibiotiques: les phages contre-attaquent». La microbiologiste Jill Banfield (Berkeley) et ses collaborateurs ont mis au jour tout un monde de phages géants jusqu’ici méconnus. Ils peuplent aussi bien les milieux naturels (dont des lacs français, peuplés d’enormephages…) que des organismes animaux, êtres humains compris. Ces travaux d’exploration génomique ont fait l’objet d’une publication récente dans Nature, et c’est The Atlantic qui en parle le mieux.

Pourquoi c’est énorme. Ces géants possèdent environ dix fois plus d’ADN que le phage typique. Ils sont très sophistiqués, allant jusqu’à employer Crispr-Cas pour détourner la machinerie des bactéries cibles et combattre d’autres phages. De quoi brouiller un peu plus la frontière entre le vivant (bactéries, amibes, champignons…) et le non-vivant (virus), déjà mise à mal par la découverte de virus géants d’amibes au cours de la dernière décennie. En somme, la microbiologie reste une terra incognita à explorer. Et il y a fort à parier que ces chasseurs de bactéries, retrouvés dans le système digestif de Bangladeshi ou encore la bouche de Californiennes, puissent avoir une utilité médicale.

link

A lire dans The Atlantic (EN)

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

Lire aussi