| | opinion

Comment Yuval Noah Harari a piraté mon cerveau

Invité par l’Empowerment Foundation, fondée par Leila Delarive, dans le cadre des 50 ans de l’EPFL, Yuval Noah Harari était attendu comme une rock star mercredi soir au SwissTech Convention Center de l’EPFL. L’Homo sapiens qui a vendu 19 millions de livres dans 50 pays s’est transformé en Homo Deus d’un soir. Et s’il n’a pas livré 21 leçons pour le XXIe siècle, il a esquissé l’équation qui annonce la fin du monde.

Pourquoi ça fait le buzz. L’historien israélien a ausculté le passé, décortiqué le présent et imaginé l’avenir de l’humanité dans trois best-seller. Penseur à la mode, il sait capter l’attention des gens grâce à une mise en abyme passionnante de nos travers, nos désirs, et nos potentiels. Les places pour assister à la conférence se sont arrachées, au point que des petits malins ont tenté de revendre ces précieux sésames pourtant gratuits.

Cet article est réservé aux Membres.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

Devenez Membre
newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi