A la "Reinvented Toilet Expo" de Pékin, Bill Gates, au centre, et à sa droite Bérangère Magarinos-Ruchat, global head of sustainability de l'entreprise genevoise Firmenich. | Arnaud Robert
La révolution des toilettes | épisode № 11

Comment Bill Gates s'est pris de passion pour les excréments chinois et les toilettes suisses

Où l’on découvre les méthodes choc du plus grand philanthrope vivant, pour marquer les esprits et faire avancer ses causes. A la Reinvented Toilet Expo à Pékin, devant les caméras du monde entier et l'envoyé spécial de Heidi.news, le fondateur de Microsoft a soulevé une jarre transparente, remplie de matières fécales.

Ils ont déposé un petit carton sur une chaise, avec son nom. Ceux qui osent s’aventurer au premier rang le photographient furtivement avec leur téléphone portable.

Pour patienter, dans cette salle des congrès souterraine, les haut-parleurs diffusent une playlist de choix: l’album solo du griot malien Toumani Diabaté, un chant diphonique mongol de l’orchestre Khusugtun, une lounge électronique d’un tortionnaire du luth chinois, Red Buddha. Sur la musique sont projetées les images d’une fillette qui sourit à Chowpatty Beach, au nord de Mumbai, des ouvriers africains, un paysan du Bangladesh, des universitaires occidentaux.

Cet article est réservé aux Membres.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

Devenez Membre