| | news

ClearSpace, une spin-off suisse à la tête d'un consortium européen pour faire le ménage en orbite

Image de synthèse d'un «camion poubelle spatial» attrapant un satellite désaffecté à désorbiter, ici la mission RemoveDebris | ESA

EXCLUSIF - La «sûreté et la sécurité spatiale» étaient pour la première fois au menu du Conseil au niveau ministériel de l’Agence spatiale européenne (ESA), qui s’est achevé ce 28 novembre à Séville. Avec notamment au centre la question de l’élimination des débris spatiaux. Et la Suisse se place en pôle position dans ce domaine: c’est la spin-off ClearSpace, basée à l’EPFL, qui assure la direction de la mission ADRIOS dans ce but, a appris Heidi.news.

Pourquoi c’est important. Les bribes de vieux satellites en orbites, ou de lanceurs spatiaux, constituent une menace de plus en plus importante pour les infrastructures spatiales (Station spatiale internationale, satellites de navigation et de télécommunication). Les désorbiter devient une nécessité. La Suisse n’en est pas à son premier projet de «nettoyeur de l’espace»; elle a donc des cartes importantes à jouer.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner
newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi