| chronique

Brexit kafkaïen : Quelles leçons pour la Suisse?

Cenni Najy est chercheur au Global Studies Institute de l’Université de Genève et vice-président du think thank Foraus.

Le Royaume-Uni et l’UE ont conclu un nouvel accord de retrait. Une fois de plus, l’accord butte sur la ratification du parlement britannique et ce alors même que Boris Johnson avait promis de sortir son pays de l’Union européenne le 31 octobre prochain. A ce stade, un troisième délai de sortie se profile (31 janvier 2020) avec son cortège d'incertitude. Ce d’autant plus que, depuis ce mardi, l’équation du Brexit comporte une nouvelle inconnue: l’organisation d'élections générales anticipées en décembre prochain. Suivant le résultat de ces élections, tous les scénarios restent possibles, du hard Brexit à l'organisation d'un nouveau référendum sur l’appartenance à l’UE. La perspective d’une sortie ordonnée sur la base du nouvel accord de retrait début 2020 paraît néanmoins la plus probable.

Quoi qu’il en soit, ce nouveau délai pourrait avoir des conséquences non négligeables pour la Suisse, qui est elle-même engagée dans une négociation difficile avec l’UE.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner
newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi