Réservé aux abonnés

Bernard Tapie, le dernier souffle du nabab à tout faire

Bernard Tapie a marqué son époque | AP Photo / Claude Paris

Bernard Tapie, c’est fini.  «L’homme aux mille vies», «Mort de Bernard Tapie: pour les milliards et pour le pire», «Ecce OM», «Un homme d’affaires hors normes»: les titres de la presse hexagonale ne tarissent pas de commentaires dithyrambiques sur l’un des grands «tycoons» que la France a connus ces 50 dernières années. Après des mois de lutte contre la maladie, Bernard Tapie, bête médiatique et grande gueule, est décédé dimanche 3 octobre à 78 ans, des suites d’un double cancer de l’œsophage et de l’estomac. Conformément à son souhait, il sera inhumé à Marseille, sa ville de cœur.

Le quotidien français Le Monde révèle son dernier échange par SMS avec Bernard Tapie: «Va te faire voir si tu le prends comme ça». Coutumier des coups de gueule, le Marseillais s’était emporté parce que le journal avait refusé qu’il relise ses citations après une interview. C’était assurément un personnage qui a marqué les esprits.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter