| | hd

Au programme de votre Flux Sciences ce jeudi

Bonjour à tous, je suis Denis, nous sommes le 16 mai 2019, et j’aurais le plaisir de vous accompagner au long de cette journée. Vos questions, vos remarques, une seule adresse, facile à retenir: sciences@heidi.news. Nous nous efforcerons d’y répondre.

En 1888, le 16 mai très exactement, l’américain d’origine serbe Nikola Tesla faisait une démonstration très remarquée devant l’Institut américain des ingénieurs en électricité: un moteur à induction fonctionnant avec du courant alternatif, et non plus continu, qu’il avait breveté quelques jours plus tôt.

Mine de rien, l’affaire est importante, car Tesla a ainsi contribué à faire pencher la balance dans le camp du courant alternatif, alors qu’une «guerre du courant» opposait les ingénieurs américains. A commencer par Thomas Edison — dont l’ampoule fonctionnait avec du courant continu— et George Westinghouse — qui a entre autres imaginé un réseau de distribution électrique à haute tension… alternative— .


381968m-1.jpg
Un des schémas du moteur de Nikola Tesla, dans la demande de brevet déposée le 1er mai 1888

Si Elon Musk a choisi Tesla pour baptiser ses voitures électriques, c’est justement à cause de ces moteurs à alternatif à induction. Et pourquoi vous parle-je d’Elon Musk? C’est qu’en écrivant ces lignes ce matin, mon esprit a fait exactement le chemin inverse. J’allais vous parler de Space X, quand mes neurones ont entrepris un bref voyage dans le passé.

La nuit prochaine, si la météo de Cap Canaveral le veut bien, SpaceX lancera pas moins de soixante satellites d’un coup, le premier pilier de la constellation Starlink, l’un des projets fous d’Elon Musk: il entend à terme placer 12 000 satellites au dessus de nos têtes pour diffuser internet par satellite sur toute la planète. Je vous raconterai tout à l’heure comment ce projet —et ses futurs concurrents— donnent des sueurs froides aux agences spatiales, dont les sondes d’observation terrestre naviguent dans cette banlieue spatiale déjà fort encombrée de débris dangereux.

Egalement au programme aujourd’hui:

  • La Suisse souhaite légiférer pour mieux se protéger des espèces envahissantes.

  • Une équipe américaine travaille sur une étonnante aide auditive: branchée sur le cerveau, elle identifie la voix de la personne sur laquelle on essaie de se concentrer dans un environnement bruyant, puis l’amplifie au détriment des autres sons.

  • Le grand mensonge du plastique biodégradable: une équipe britannique livre des résultats étonnants, après avoir testé toutes sortes de sacs.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi