Face au FBI, Apple tiraillé entre sécurité et vie privée

Image d'illustration | Pisqels

Le FBI veut l’aide d’Apple pour décoder le contenu de l’iPhone de Mohammed Saeed Alshamrani, le tueur de Pensacola. La firme de Cupertino tente le grand écart diplomatique et se refuse à développer une solution standard de déchiffrement à l’intention des autorités. Derrière cette affaire de terrorisme se joue une guerre de principes politiques, entre partisans de la sécurité et défenseurs de la vie privée. Selon Apple, créer une solution pour le FBI aurait comme conséquence de rendre les iPhones moins sûrs, plus accessibles pour le gouvernement mais aussi pour les hackers.

Après la tuerie de San Bernardino en 2016, Apple s’était déjà vu demander la même chose par le FBI. Sans succès. Une société tierce avait alors résolu le problème en accédant à l’iPhone de l’assaillant.

link

Wired