| News

L'Afghanistan est proche de la catastrophe humanitaire

Une veuve et ses enfants sur une place de Kaboul | Keystone

La réunion ministérielle sur l’aide d’urgence à l’Afghanistan va s’ouvrir lundi 13 septembre à Genève, sous la présidence du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, qui a lancé un appel de fonds de plus de 600 millions de dollars, jusqu’à fin décembre, afin de prévenir «une catastrophe humanitaire imminente». La communauté internationale répondra-t-elle présente alors que le nouveau gouvernement afghan laisse peu d’espoir à la politique d’ouverture et d’inclusion promise? La plupart des nouveaux maîtres de Kaboul faisaient déjà partie de la direction des talibans au pouvoir en 1996. Les vols commerciaux reliant Islamabad à Kaboul ont repris hier, mais dans le pays la répression des opposants se durcit.

Pourquoi c’est important. L’Afghanistan est confronté à l’effondrement des services de base, dit l’ONU qui estime que 18 millions d’Afghans, soit la moitié du pays, ont besoin d’une assistance humanitaire. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’inquiète particulièrement des menaces qui pèsent sur les moyens de subsistance des populations rurales. La dernière analyse, datant de mars à mai, avant la prise de pouvoir des Talibans, a révélé qu’un Afghan sur trois souffre d’insécurité alimentaire aiguë. L’incertitude politique est venue s’ajouter à une seconde grande sécheresse en quelques années. Les besoins sont «immenses» a confirmé le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), à l'issue d'une visite de quatre jours de son président Peter Maurer. Il a rencontré des représentants des Talibans et dit avoir été «bien reçu».

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!