| News

A Los Angeles, une gueule de bois sans champagne

A Los Angeles, le 3 novembre 2020.

Les pizzas ont été commandées, le guacamole est en cours de préparation et le champagne est au frais. A Los Angeles, où Hillary Clinton avait remporté 71.8% des voix en 2016, les supporters de Joe Biden sont nombreux. Ses habitants se sont réunis ce 3 novembre en petits groupes, épidémie de Covid-19 oblige, pour regarder une élection qui leur tient tout particulièrement à coeur. Il est 16h30 et Babak, ingénieur informatique de 45 ans, panique déjà. «La Floride semble compromise, j’ai peur pour le reste», s’exclame-t-il alors que les bureaux de vote ferment dans plus de trois heures en Californie.

De mauvais souvenirs. «Abasourdis» est le mot qui revient le plus lorsque les Californiens se rappellent des résultats de l’élection présidentielle américaine de 2016. Carolyn, Imari, Megan, Babak, Brian et Kristel avaient suivi la soirée électorale depuis leur domicile de Santa Monica, ville côtière et cossue près de Los Angeles qui avait voté Clinton à 80% cette année là. «J’étais sûre à 100% qu’elle allait gagner», se rappelle Carolyn, professeur des écoles originaire de la région de L.A., qui avait mis le champagne au frais pour l’occasion. «Puis la soirée à basculé.» Babak, originaire d’Iran, était à une soirée électorale avec des amis et militait pour la défense d’une loi locale sur l’immobilier. «Nous avons gagné cette bataille, mais ça n’avait plus aucune importance. Nous ne pensions pas avoir à nous inquiéter des résultats au niveau national. La salle est devenue silencieuse.»

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi