Vers la fin des entretiens d'embauche «cassants»

Image d'illustration. / nicholasjkaufmann /Pixabay

Chaque semaine l'équipe du Flux «Apprendre & Travailler» vous présente un aperçu de la page Carrières du Temps, dans le cadre de la nouvelle collaboration entre les deux médias.

Le personnel manque dans de nombreux secteurs. Quelles conséquences sur le processus d’embauche, et l’entretien en particulier? A-t-il changé? C’est ce à quoi Le Temps a tenté de répondre.

Pourquoi on en parle. Une pénurie de talents sévit en Suisse, notamment dans le secteur de l’informatique. Les annonces d’emploi et les campagne de recrutement se multiplient. Des entreprises, un psychologue du travail et un expert du marché du travail nous détaillent les stratégies de «séduction» qui peuvent être à l’œuvre lors du moment clef qu’est l’entretien d’embauche. De quoi écarter le modèle, déjà souvent remis un question, de l’entretien où le recruteur se montre ouvertement désagréable.

«L'idée pouvait être, en se montrant cassant, de se donner une image élitiste, détaille Anthony Caffon, codirecteur du bureau de Genève de l'agence de placement Michael Page. Certains se sentaient exceptionnels d'être passés par tous ces filtres. Mais aujourd'hui, le curseur vie privée/vie professionnelle est plus équilibré: les gens s’en fichent d'être de la chaire à canon dans un environnement d'exception; ils veulent être traités de façon bienveillante.»

link

Lire l'article du Temps