Reservé aux abonnés

Un contremaître témoigne: «Cette chaleur fusille mes ouvriers»

Image d'Illustration | Keystone / Francesca Agosta

Travailler dans la fournaise. Ces dernières semaines, de nombreux ouvriers ont dû s’atteler à l’ouvrage durant de brûlants jours de canicule. «Sur les chantiers, le soleil est de plomb et les zones d’ombre sont rares», raconte Dylan, contremaître en génie civil, qui explique à Heidi.news les difficultés d’une journée de travail en plein cagnard. Il nous livre également ses inquiétudes quant à la santé des ouvriers.

Pourquoi on en parle. En début de semaine, la Confédération européenne des syndicats (CES) a appelé la Commission européenne à fixer un seuil de température maximal à l’activité des travailleurs en extérieur. En Suisse, UNIA Vaud publiait ce mardi un sondage alarmant: dans le canton, seules 8% des entreprises auraient arrêté leurs chantiers durant la canicule. Mais encore, plus de 40% des sondés indiquent ne pas avoir d’accès à l’eau sur leur lieu de travail.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous