Reservé aux abonnés

Les absences au travail, ou le risque d'un cercle vicieux

Image d'illustration / Pixabay

Plus de 145’000 personnes étaient isolées ou en quarantaine en Suisse ce lundi 10 janvier, selon les chiffres de l’OFSP. Une situation qui a un fort impact sur le monde du travail et l’activité économique. Qu’en est-il de ceux qui restent et doivent assumer une partie des tâches des absents? Quels risques pour leur santé mentale et quelles solutions? Catherine Vasey, psychologue spécialiste du burn-out, répond à Heidi.news.

Heidi.News - Beaucoup d’employés sont actuellement absents. Quels sont concrètement les risques pour la santé mentale des travailleurs qui restent? Faut-il craindre des burn-out en masse?
Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous