| | News

La lutte des écoles catholiques pour rester dans l’arène

Le Lycée-collège de l'Abbaye de St-Maurice va fermer ses portes | Photo: Wikipedia / Albins

La fermeture annoncée en juin de l’Internat de Saint-Maurice, vénérable institution valaisanne, est le dernier épisode en date du déclin chronique des écoles catholiques. En Suisse, ces établissements luttent pour exister et cherchent à se parer d’attributs modernes. Entre approches inclusives, digitalisation des supports et flexibilité religieuse, elles élaborent leurs tactiques pour redevenir attractives.

Pourquoi c’est intéressant. Le label «catho» a beau avoir pris la poussière, il n’en demeure pas moins revendiqué par plusieurs écoles privées présentes aux quatre coins de la Suisse. Au sommet du palmarès des régions les plus favorables à ce type d’éducation trônent Schwytz, les Grisons et Obwald, qui prennent en charge les frais d’écolage. Dans le canton du Jura et à Lucerne, les écoles catholiques sont subventionnées par l’Etat. Ailleurs, ce sont les familles qui doivent passer à la caisse.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.