L'ONU s'inquiète après les révélations de maltraitance au foyer de Mancy

Keystone / Martial Trezzini

La sécurité physique des enfants en situation de handicap en Suisse est-elle menacée? L’ONU se pose ouvertement la question après avoir pris connaissance de l’enquête de Heidi.news et du Temps qui a révélé au grand jour des cas de maltraitance au foyer de Mancy, mais aussi dans d’autres institutions genevoises. Elle l’a fait savoir lors de sa Convention sur les personnes handicapées, ce lundi 14 mars à Genève.

Lire: Notre enquête sur le foyer de Mancy

De quoi on parle. La Suisse a directement été mise en cause par le Comité de l’ONU sur les personnes handicapées. Lequel a exigé des sanctions à l’encontre des responsables du scandale de Mancy ainsi que le lancement immédiat d’un plan pour que de telles pratiques ne se répètent plus à l’avenir.

Lire aussi: Dans le scandale de Mancy, des failles dans la défense d’Anne Emery-Torracinta

«Huit ans après la ratification suisse, “la Convention de l'ONU sur les personnes handicapées (CDPH) n'est toujours pas appliquée pour les enfants" dans ce pays», a déclaré lundi un des dix-huit experts indépendants, cité par Le Temps. Expert qui a en outre estimé que la sécurité physique des quelque 3000 enfants placés dans des institutions en Suisse était «menacée».

Le 3 mars, les conclusions d’une enquête externe sur le foyer de Mancy ont pointé de nombreux dysfonctionnements dans l’institution, tout en dédouanant la conseillère d’Etat en charge du Département de l’instruction publique, Anne Emery-Torracinta.

link

A lire sur Le Temps