Reservé aux abonnés

«L’apprentissage de commerce en école est trop souvent un choix par défaut»

Isabelle Terrier, magistrate à la Cour des comptes. | KEYSTONE/Martial Trezzini

La crise du coronavirus a mis en lumière les difficultés du canton de Genève en matière d’apprentissage. Il y manque 1000 places pour la rentrée. Hasard du calendrier, alors que les autorités s’alarment de cette situation, la Cour des comptes rend son rapport sur le dispositif Espace Entreprise. Créé en 2011 pour remplacer l’école de commerce, cette formation qui se déroule à plein temps en classe débouche sur un CFC d’employé de commerce. Elle attire chaque année 2500 jeunes.

Dans son audit, la cour souligne la nécessité de cette filière, mais estime qu’elle devrait être mieux connue et mieux valorisée. La magistrate qui a piloté le rapport, Isabelle Terrier, revient pour Heidi.news sur ses principales conclusions. L’occasion aussi de réagir aux  accusations virulentes qui lui ont été récemment adressées par une série d’articles du quotidien Le Temps , qui estime que la Cour «terrorise la République».

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous