Reservé aux abonnés

Faut-il mieux utiliser les compétences des réfugiés en Suisse?

L'arrivée des Ukrainiens pose à nouveau la question de l'intégration des réfugiés sur le marché du travail suisse. Anthony Anex. /Keystone

Collecter et utiliser les compétences des réfugiés. C’est ce que demande un postulat qui devrait être traité ces prochains jours au Conseil national, déposé fin avril par la commission de la science, de l’éducation et de la culture. L’objectif visé est une meilleure intégration de ces personnes sur le marché du travail.

Pourquoi c’est intéressant. L’arrivée des réfugiés ukrainiens et la pénurie de personnel en Suisse pourraient constituer un moment charnière dans la réflexion autour de la formation et de l’emploi des personnes exilées. Et, peut-être, amener à agir des milieux et partis autres que ceux qui se mobilisent habituellement sur les questions migratoires.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous