| | News

Apprenti chanteur d’opéra en temps de pandémie, un exercice d’équilibriste

Jean Miannay lors de son passage au concours de chant Kattenburg, en 2019. | Capture d’écran YouTube / HEMU – Haute École de Musique

Ce témoignage est extrait de notre newsletter hebdomadaire consacrée à l'éducation et ses grands enjeux «Le Point fort éducation». C'est gratuit, inscrivez-vous!

A 24 ans, Jean Miannay étudie à mille lieux des bancs de l’université. Son monde à lui, c’est l’opéra. Et plus précisément, le chant lyrique. Le jeune ténor français, qui a raccroché sa guitare électrique pour la musique classique à l’adolescence, termine l’année prochaine un master de soliste à la Haute Ecole de Musique de Lausanne. Entre contrats annulés ou reportés, cours repensés et pertes de revenus, il raconte son épopée Covid peu commune.

«Avant Covid-19? C’était le beau monde. J’étais chanceux. Je commençais à avoir de nombreuses propositions, notamment des contrats avec l’Opéra de Lausanne, l’Opéra d’Avignon et les Chorégies d’Orange, un rendez-vous prestigieux dans le monde de la musique classique. Tout semblait s’enchaîner bien, même s’il est toujours ardu de concilier la vie à l’école et le monde professionnel. C’est toujours complexe de faire avec les impératifs des uns et des autres. Il faut essayer de trancher en pensant à ce qui est bien pour nous, pour notre évolution et notre carrière.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.