Reservé aux abonnés

Absurdité administrative (1): La Suisse refuse l'asile à des enseignantes afghanes menacées par les talibans

Les présentatrices TV afghanes doivent désormais se couvrir le visage. Ebrahim Noroozi / Keystone

En Afghanistan, ils croyaient à l’éducation, aux droits humains, au rôle des femmes et au progrès. En cette matinée d’été, alors que nous échangeons dans leur appartement presque vide à Genève, les membres de la famille Nuri* ne savent que croire. Leur demande d’asile, déposé en décembre 2021, a été rejetée avant l’été.

Une réponse impensable pour cette famille qui a fui les talibans à l’automne dernier, plusieurs mois après la chute de Kaboul. Jusque-là, les frères et sœurs Rachid*, Soheila* et Roxana* tenaient une école financée en grande partie par des dons privés venus de Suisse. Un trio passionné, éclairé… et indigné. Les autorités suisses ont octroyé à la famille une admission provisoire, mais ne l’estiment pas menacée: elle prendra fin dès que la situation en Afghanistan sera jugée plus stable.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous