| | News

A quoi tiennent les lenteurs vaudoises de l’accueil parascolaire?

Cantine dans une école zurichoise. | Keystone / Gaetan Bally

C’était en septembre 2009. La population vaudoise, avec une très confortable majorité de 71%, plébiscitait l’inscription dans la constitution cantonale de l’«école à journée continue». En clair, l’organisation par les communes d’un accueil parascolaire pour les enfants à midi, mais aussi avant et après l’école. Mais douze ans plus tard, force est de constater que l’offre est encore loin de satisfaire la demande.

Pourquoi on en parle. Chaque année au printemps, quand les familles reçoivent le verdict du parascolaire, les témoignages de parents qui se retrouvent sur le carreau enflamment les réseaux. Colère contre le manque places qui dure depuis trop longtemps, contre la lenteur des changements, mais aussi contre le déficit de transparence et d’empathie des autorités.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.