Réservé aux abonnés

Que manger quand le cancer altère le goût?

Le chef Romain Paillereau a adapté ses recettes signatures dans le cadre de l'action de la Ligue contre le cancer. | Atem Collective

Perte de l’odorat, goût métallique… Pour les personnes atteintes de cancer, manger peut devenir un véritable calvaire, et ce dès la première chimiothérapie. C’est pourquoi la Ligue contre le cancer a demandé à trois chefs d’adapter leurs recettes signatures aux besoins des patients concernés.

Pourquoi c’est important. En Suisse, 370’000 personnes vivent avec un cancer, selon la Ligue contre le cancer. Un grand nombre d’entre eux souffre d’altération du goût, notamment à partir de la première chimiothérapie. Kenza Drareni est post-doctorante à l’Institut Paul Bocuse et au Centre de recherche en neurosciences de Lyon, et elle a consacré sa thèse à l’étude du lien entre les altérations des perceptions sensorielles et les modifications des choix et des préférences alimentaires chez les patients sous chimiothérapie:

«Parmi les patients qui ont commencé leur traitement, 75% souffrent d’une altération du goût, et 5 à 60% de modifications de l’odorat. Cette grande variabilité est due à différents facteurs, comme la localisation du cancer.»

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter