Réservé aux abonnés

Pour prévenir l’obésité chez ses jeunes, Vaud doit mettre les bouchées doubles

Keystone / Gaetan Bally

En matière de promotion de la santé et de prévention, le canton de Vaud n’hésite pas à mettre la main au portefeuille: l’État a versé près de 18 millions de francs en 2020, notamment pour promouvoir une alimentation équilibrée et une activité physique auprès des jeunes. Mais pour quels résultats? La Cour des comptes du canton s’est saisie du sujet et y répond ce 21 septembre dans un rapport d’audit. Une première. Au cours des 90 pages que constituent le document, la Direction générale de la santé (DGS), en charge de la stratégie sur le territoire et de la coordination des différentes prestations, ne brille pas par son sens de l’organisation.

Pourquoi c’est important. La lutte contre l’obésité est un défi majeur du 21e siècle, selon l’Organisation mondiale de la santé. Et la Suisse est aussi concernée: près d’un enfant sur six est en situation de surpoids, selon une enquête de Promotion Santé Suisse (une tendance toutefois à la baisse depuis une décennie). «L’obésité infantile persistant souvent à l’âge adulte, les actions de promotion de la santé auprès de ce public revêtent une importance considérable», rappelle la Cour des comptes.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter