Mastiquer nous fait brûler de l'énergie

Image d'illustration. | Pixabay / Manfred Kronhuber

Quand vous mangez, êtes-vous plutôt du genre mâcheur méticuleux ou aspirateur glouton? Dans le second cas, il y a des chances que vous consommiez plus de calories. La mastication a en effet un coût énergétique, qui aurait même pu influencer l’évolution musculosquelettique des représentants du genre Homo. C’est en tout cas ce qu’indiquent les résultats d’une étude parue le 17 août dans Science Advances, et qui ont retenu l’attention du Temps.

Pourquoi ce n’est pas anodin. Selon les chercheurs spécialisés en biologie et anthropologie évolutionniste, la mastication augmente la dépense énergétique de 10% à 15% par rapport au taux métabolique de base. Pour parvenir à ces résultats, l’équipe a suivi la consommation d’oxygène et l’émission de dioxyde de carbone de 21 volontaires mastiquant un chewing-gum. Sans surprise, mâcher une gomme plus rigide fait consommer plus d’énergie à l’organisme.

L’humain passe toutefois moins de temps à mastiquer que les autres Hominidés: le gorille passe près de sept heures de sa journée à mâcher, loin devant notre heure quotidienne. Un constat qui laisse penser aux auteurs de l’étude que d’anciens représentants du genre Homo passaient, eux aussi, plus de temps à solliciter leurs dents, et que l’évolution de notre crâne et notre mâchoire a été influencée par la nécessité d’optimiser notre système masticatoire. Cette théorie devra encore être confirmée par des études complémentaires.

link

A lire dans Le Temps