Réservé aux abonnés

La viande du futur est cultivée à Zurich, mais un kilo de steak haché coûte encore le prix d'un bon vélo

En traversant le joli petit village de Wädenswil, sa rue principale bordée de maisons à colombages, de cafés trendy et de boutiques bio, on est loin de se douter qu’à quelques pas se trouve un laboratoire à la pointe de la foodtech. C’est pourtant bien ici, dans le canton de Zurich, qu’une équipe de chercheurs travaille sur la viande de demain.

Pourquoi on y est allé. A l’heure où la consommation de viande est de plus en plus décriée pour son impact sur l’environnement et sur le bien-être des animaux, de nouvelles technologies émergent pour tenter d’apporter des solutions. La recherche sur la viande cultivée — ou viande artificielle — prend de l’ampleur en Israël, aux Etats-Unis, à Singapour et aux Pays-Bas. En Suisse, la start-up Mirai Foods est le seul laboratoire du pays à s’être lancé dans l’aventure.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter