L’Ukraine et la Russie signent un accord pour exporter les céréales ukrainiennes

De haut en bas et de gauche à droite: Oleksandr Kubrakov, ministre ukrainien des Infrastructures, Hulusi Akar, le ministre turc de la défense, Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU et Recep Tayyip Erdogan, président de Turquie, à Istanbul, le 22 juillet 2022. | Keystone / EPA / Sedat Suna

C’est donc signé. L’Ukraine et la Fédération de Russie ont conclu ce vendredi 22 juillet un accord pour relancer l’exportation de céréales bloquées en mer Noire, a annoncé Le Monde dans son live dédié à l’Ukraine.

Pourquoi c’est important. Cela fait deux mois que les deux poids lourds agricoles négocient âprement la libération des ports ukrainiens. Quelque 20 millions de tonnes de céréales y sont actuellement bloquées. Cela représente peu à l’échelle de la récolte ukrainienne et de la consommation mondiale, mais les Ukrainiens ont besoin de silos vides à la veille des nouvelles récoltes.

Organisée à Istanbul sous l’égide de la Turquie et de l’Organisation des nations unies, la cérémonie a réuni le ministre ukrainien de l’infrastructure, Oleksandr Kubrakov, ainsi que Sergueï Choïgou, ministre de la Défense russe.

Une signature sous tension. Trouver un terrain d’entente était loin d’être gagné. Mykhaïlo Podoliak, proche conseiller du président Zelensky, avait annoncé un peu plus tôt dans la journée que l’Ukraine ne signerait pas d’accord directement avec le belligérant russe.

Les deux pays ont donc signé deux textes identiques, mais séparés, avec l’ONU, représentée par son secrétaire général Antonio Guterres, et la Turquie, en présence du président Recep Tayyip Erdogan, souligne France Info.

L’accord. Le Monde dévoile les points principaux dans l’accord, valable quatre mois et à reconduction tacite:

  • La création d’un couloir de navigation libre de toute activité militaire avec, si besoin, un déminage réalisé par un pays tiers.

  • Les navires marchands ukrainiens seront inspectés dans les ports d’Istanbul, à chaque départ et arrivée. L’inspection sera effectuée par des représentants des quatre parties.

  • Les cargos seront escortés jusqu’à la sortie des eaux territoriales par des navires ukrainiens.

Moscou a par ailleurs conditionné sa signature à l’engagement que les céréales russes ne soient pas concernées, de manière directe ou indirecte, par les sanctions occidentales.

link

A lire dans Le Monde et France Info