vuataz

| news

24 livres à (s')offrir pour Noël

Dernier moment pour acheter les quelques cadeaux qui manquent toujours pour que chacun ait son petit geste? Pas de problème! Voici la liste des conseils de lecture que Heidi.news a publiés tout au long du mois dans sa newsletter matinal, Le Point du Jour.

1.

«Les Inéquitables» de Philippe Djian (par Paul Ackermann, rédacteur en chef)

Dans ce trentième roman, Djian déroule encore une fois avec maestria son univers de bourgeoisie provinciale smart, de tension érotique, de crimes qu’on attend et qui arrivent de nulle part. Le tout dans ce style si maîtrisé, reconnaissable entre tous. Cette fois, on suit le faux couple de Marc l’impétueux secrètement amoureux de Diana, la veuve de son frère, leurs mauvaises fréquentations, leurs pulsions autodestructrices, et leurs envolées solaires.

2.

«L’affaire Nobel» d'Olivier Truc (par Tibère Adler, éditeur et directeur de la publication)

Ce journaliste français établi en Suède depuis plus de 25 ans raconte avec style et talent les coulisses du scandale de l’Académie suédoise, qui a empêché celle-ci d’attribuer le prix Nobel de littérature en 2018. Harcèlements sexuels par le mari d’une académicienne (condamné depuis à la prison), indiscrétions, intrigues et luttes de pouvoir sans pitié, dans une tour d’ivoire d’intellectuels grisés par leurs privilèges. «L’affaire Nobel» est le point d’ancrage d’une visite guidée de la Suède, ouvrant sur les failles de son «modèle» social-démocrate, si largement perçu de l’extérieur comme un parangon de solidarité, de féminisme et de cohésion sociale. Olivier Truc a aussi écrit plusieurs bons polars se déroulant dans le Grand Nord. Il finit son livre en évoquant les Sami de Laponie, évidemment non représentés à l’Académie suédoise, peuple «invisible» dans un pays qui se réclame de l’égalité et du respect des minorités. NB: le prix Nobel de littérature 2018 a finalement été octroyé à la Polonaise Olga Tokarczurk en octobre 2019, en même temps que le Nobel 2019 (Peter Handke).

| radar

«Stand By, saison 2», d'Aude Seigne, Bruno Pellegrino et Daniel Vuataz (par Serge Michel, directeur éditorial)

Depuis qu’un volcan a explosé à Naples, la région est plongée dans le chaos. C’est pourtant là que se rendent Vasko, Nora et Virgile, trois ados en fuite après un meurtre. Alix, qui les accompagne, cherche à gagner l’œil du cyclone pour disparaître. Notamment aux yeux de Florence, son ex, qui est allée jusqu’à New York pour la retrouver. Une Italie post-apocalyptique, une Europe plongée dans l’écologie totalitaire, des Etats-Unis qui appliquent le slogan «Make America White Again»: les protagonistes de Stand-by affrontent la réalité d’un monde nouveau. Après la saison 1, publiée chez Zoé en 2018, voici la saison 2 sortie en librairie en novembre 2019 et publiée en 20 épisodes tout au long de l'automne sur Heidi.news. Car oui, dans ses Explorations, Heidi.news publie aussi de la fiction, surtout quand elle est signée Aude Seigne, Bruno Pellegrino et Daniel Vuataz, des auteurs jeunes, romands et talentueux.

link

Editions Zoé

| interview

«Sur le climat et la politique, les romanciers n’osent pas aller aussi loin que la réalité»

Dans «Stand-by», une série littéraire signée Daniel Vuataz, Aude Seigne et Bruno Pellegrino, auteurs romands qui font beaucoup parler d’eux, on suit le parcours de jeunes réfugiés climatiques suisses, de l’Italie dévastée par un volcan aux Etats-Unis post-Trump qui profitent de cette crise pour remplacer leurs pauvres noirs par des pauvres blancs.

A chaque épisode de ce thriller pas si futuriste, que Heidi.news publie en coproduction avec les Editions Zoé, le lecteur est rattrapé par l’actualité et ses événements, souvent plus récents que la rédaction de l’intrigue. Nous profitons de la publication de l’épisode 10/20 de la saison 2 pour demander à l’un des auteurs, Daniel Vuataz, comment il explique que dans une fiction écrite il y a plusieurs mois, on retrouve autant d’échos des événements qui font la Une aujourd’hui, des feux en Amazonie à la tentative d’achat du Groenland en passant par la mobilisation des lycéens pour le climat et les envolées racistes de Donald Trump.