Heidi.news propose un journalisme constructif axé dans un premier temps sur la science et la santé, ainsi que des grands reportages. C'est un média financé par ses lecteurs, sans publicité

| | radar

La lutte finale contre la polio à un tournant difficile, le nouveau vaccin faisant débat

Vaccination contre la polio en Inde | Wikkicommons/CDC

Alors que la polio n’est plus confinée que dans deux pays (le Pakistan et l’Afghanistan), la lutte finale contre cette maladie invalidante est à un tournant: le vaccin introduit il y a trois ans au niveau mondial montre certaines limites et pourrait induire une nouvelle révision de la stratégie global, explique un article important de STATnews.

Le problème. L’ancien vaccin abandonné il y a trois ans contenait une partie protégeant contre le poliovirus de type 2, déclaré en principe éradiqué en 2015. Ce vaccin pouvait induire des paralysies dans certains cas. Les autorités ont donc jugé non éthique de maintenir ce vaccin, pourtant très efficace. Or le poliovirus de type 2 semble avoir été retrouvé dans certaines parties de l’Afrique, plaçant l’OMS devant un dilemme : réutiliser l’ancien vaccin, avec son défaut majeur, ou continuer selon l’actuelle stratégie avec le nouveau vaccin. Des débats ont lieu en haut lieu.

link

Lire l'article sur STATnews (EN)

| | twitter

Une caméra bernoise dévoile les dunes polaires de Mars

Cette image a été prise par la caméra CaSSIS, à bord de la sonde Exomars Trace Gas Orbiter (TGO), de l’Agence spatiale européenne (ESA). Elle révèle l’activité géologique agitée de la surface de la planète rouge, avec ses avalanches seiches de sable et ses éruptions de poches de gaz.

Ce cliché a été publié à l’occasion du European Planetary Science Congress, qui se déroule toute cette semaine à Genève.

| | interview

Dominique Bourg : «Dans la lutte contre le réchauffement, on ne peut pas opposer individuel et collectif»

Dominique Bourg, couché dans le restaurant Geopolis de l'UNIL, en avril 2019, pour protester contre l'inaction du gouvernement contre le changement climatique. | Salvatore Di Nolfi / Keystone

Cet article fait partie de notre dossier que changer pour le climat et de l’opération Covering Climate Now, une collaboration mondiale de plus de 250 médias d’information pour renforcer la couverture médiatique du réchauffement climatique.

Cesser de prendre l’avion, renoncer à la voiture, manger moins de viande… Le message est clair: pour enrayer le réchauffement climatique, chacun doit y mettre du sien. Or face à l’inaction des gouvernements et à l’irresponsabilité de certaines industries, face à une société qui semble ne pas entendre le cri d’alarme des scientifiques, beaucoup s’interrogent: mes efforts individuels sont-ils si utiles que cela? Comment ne pas se décourager?

| | news

Jeanne Calment était bien la doyenne de l'humanité, cette étude franco-genevoise en atteste

Jeanne Calment est décédée est née en 1875 et décédée en 1997 | Wikkicommons

Jeanne Calment était vraiment Jeanne Calment, et non sa fille comme supputé en 2018. La doyenne de l’humanité a bel et bien atteint l’âge de 122 ans et 165 jours, atteste ce lundi une équipe de chercheurs franco-suisses. Outre les preuves historiques qui foisonnent, une nouvelle modélisation mathématique suggère que ce record peut survenir en moyenne une fois pour 10 millions de centenaires. Une probabilité certes infime, mais pas impossible, contrairement à ce qu’affirmait un chercheur russe.

Pourquoi on vous en parle. En décembre 2018, Nikolay Zak jetait un pavé dans la marre : l’âge de Jeanne Calment ne serait qu’une imposture. Selon ce jeune mathématicien russe, la personne qui portait ce nom serait en réalité morte en 1934, à 59 ans, puis sa fille aurait usurpé son identité. Sa théorie complotiste avait trouvé un très fort écho médiatique.

| | news

Les universités suisses paient 70 millions aux éditeurs scientifiques, mais veulent les faire plier

La bibliothèque de l'Université de Saint-Gall. | Christian Beutler / Keystone

Les institutions suisses dépensent plus de 70 millions de francs par an pour accéder aux articles publiés dans les revues scientifiques. Alors que l’open access gagne du terrain, la mainmise des éditeurs commerciaux sur la diffusion de travaux de recherche est toujours plus contestée. Universités, bibliothèques et chercheurs se sont alliés pour négocier avec les grandes maisons d’édition. Mais à peine lancées, les discussions prennent déjà du retard.

Pourquoi c’est important. Les trois principaux éditeurs scientifiques, Elsevier, Wiley et Springer Nature, publient des milliers de revues, parmi lesquelles certaines des plus prestigieuses: Cell, The Lancet, Nature. Ils bénéficient d’un monopole sur leurs produits qui leur permet d’imposer des augmentations annuelles de prix de l’ordre de 4% à 8%. Une situation difficilement tenable pour leurs abonnés qui essaient tant bien que mal de contenir ces coûts.

| | radar

Baidu investit, site souterrain pour déchets radioactifs et virus destructeur du coton

Le désert de Gobi, en Chine | Pixabay

Baidu investit dans Neusoft. Le géant chinois des moteurs de recherche Baidu a annoncé qu'il investirait 1,44 milliard de yuans (201 millions de francs) dans la société d'intelligence artificielle Neusoft Holding. Leurs priorités: les villes intelligentes, la santé et l'éducation. technode (EN)

La Chine construit un site souterrain de déchets radioactifs. Le pays construit un laboratoire sous terre, à une profondeur allant jusqu'à 560 mètres, au milieu du désert de Gobi pour mener des tests sur l'enfouissement des déchets nucléaires. Les travaux débuteront l’an prochain et l’installation devrait être terminée d’ici 2024.CNN (EN)

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Commandez notre Revue

L'Etivaz, le génie fromager

| | hd

Microscopes intracérébraux inédits, dépenses des facultés pour l'accès aux savoirs, et valeur de nos actions personnelles pour le climat

Bonjour et bienvenue sur votre Flux Sciences! C’est moi qui ai le plaisir de commencer cette nouvelle semaine avec vous sur Heidi.news. Un article vous interpelle? Une information nécessite une explication supplémentaire? N’hésitez pas à nous poser vos questions, et notre équipe ou un scientifique que nous aurons contacté, vous répondront: sciences@heidi.news.

Au programme aujourd'hui:

news

C’est le dernier moment pour s’abonner à Heidi.news comme Membre fondateur!

Cette offre exclusive et avantageuse expirera définitivement le 16 septembre 2019. Devenez Membre fondateur!

Notre média s’est ouvert au public le 2 mai dernier. Depuis, nous avons publié plus de 800 articles et envoyé 138 éditions de notre newsletter Le Point du jour, dont 7 éditions spéciales par des rédacteurs-trices en chef invités.

| | news

Revivez les conférences des portes ouvertes de l'EPFL

Aurélien Tock - Photographe SV

L'EPFL fête ses 50 ans cette année. L'école a également ouvert ses portes. Maladies rares, animaux dans la recherche ou l'impact des nouvelles technologies sur la santé de demain, revivez des tables rondes passionnantes.

Rendez-vous sur notre live Twitter pour accéder au live des différentes tables rondes.

| | opinion

La science est plus belle quand on lui pose des questions!

C’est «journées portes-ouvertes», ce week-end à l’EPFL et au CERN, près de Genève. Des dizaines de milliers de personnes sont attendues sur les deux sites, pour découvrir où et par qui se fait la recherche. Car la science intéresse, impressionne, fascine, tant elle porte un regard vers notre futur, trouve des solutions, élargit le champ des possibles.

Pour autant, la science n’est pas systématiquement péremptoire. Certes, personne (encore que…) ne va nier que la Terre est ronde. Mais il existe moult domaines de recherche où d’absolues conclusions sur d’irrévocables consensus demeurent vaines.

| | interview

«Si Vaud était un pays, il serait septième mondial pour la recherche»

Responsable Stratégie et Organisation à la BCV, Joao-Antonio Brinca (à d.) a mené l'étude sur l'écosystème d'innovation du canton de Vaud

La BCV, via son Observatoire de l’économie vaudoise, la Chambre Vaudoise du Commerce et de l’industrie et l’agence d’innovation Innovaud se sont associés pour publier la première étude approfondie de l’écosystème d’innovation du canton de Vaud. Il ne fait pas de doute qu’avec des locomotives comme l’EPFL ou le CHUV, le canton a développé une force de frappe exceptionnelle dans le domaine de la recherche. Au point que les Vaudois sont les champions du nombre des brevets par habitants (1500 par million contre 956 en moyenne suisse). Pour autant, ces atouts sont encore loin de se transformer en innovations au même niveau.

L’analyse de Joao-Antonio Brinca, responsable du département Stratégie et Organisation de la BCV et vice-président de la Fondation pour l’Innovation Technologique (FIT).

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | news

Ce qu’il faut retenir du dernier rapport fédéral sur l’hydraulique

Le barrage du Vieux-Emosson, en Valais. | Anthony Anex / Keystone

La Confédération revoit à la baisse le potentiel de développement hydroélectrique de la Suisse. Or le maintien et le développement de l’hydraulique fait partie des objectifs de la Stratégie énergétique 2050 du pays, qui entend développer les énergies renouvelables afin de réduire la dépendance aux importations d’énergies fossiles.

Pourquoi c’est important. En Suisse, la force hydraulique est la principale source d'énergie indigène sans émission de CO2. Elle couvre actuellement près de 60% des besoins en électricité du pays. La Suisse compte 658 centrales et se classe au quatrième rang en Europe en matière de production hydroélectrique, derrière la Norvège, de l'Autriche et de l'Islande. Au-delà des enjeux énergétiques, l’hydraulique est un sujet éminemment sensible. Elle est vectrice d’emplois et de revenus importants pour certaines communes de montagne et cantons alpins.

| | news

L’université de Fribourg lance son master en médecine

Cours d’anesthésiologie donné à l'Hôpital fribourgeois. | Alexandre Bourguet / HFR

Ce vendredi 13 septembre, l’Université de Fribourg, en collaboration avec l’Hôpital fribourgeois et le Réseau fribourgeois de santé mentale, inaugure le bâtiment qui accueillera la première volée d’étudiantes et d’étudiants du master en médecine humaine. La section Médecine de la Faculté des sciences et de médecine ouvre cette formation à quarante personnes la semaine prochaine.

Pourquoi c’est important. Face à la pénurie de médecins de famille dans le canton de Fribourg, le Conseil d’Etat et le Grand Conseil ont accepté en 2016 de créer ce cursus complet. Une nécessité: Fribourg ne compte que 0,61 médecin de famille pour 1000 habitants, contre 0,94 dans le reste du pays.