Heidi.news propose un journalisme constructif axé dans un premier temps sur la science et la santé, ainsi que des grands reportages. C'est un média financé par ses lecteurs, sans publicité.

S'abonner
| | news

Covid-19: une vingtaine de personnes placées en quarantaine en Suisse

Le débarquement des passagers du Diamond Princess a commencé le 19 février et dure plusieurs jours. | Keystone / Franck Robichon

En conférence de presse vendredi 21 février, l’OFSP a indiqué qu’une «vingtaine» de personnes de retour d’Asie viennent d’être placées en quarantaine sur le territoire suisse, au cours des dernière 48 heures. L’office de la santé publique ne souhaite pas préciser les cantons concernés et assure qu’aucune des personnes accueillies ne présentait de symptôme.

Pour aller plus loin. Les voyageurs ont été placés en quarantaine à leur domicile. Ils provenaient:

| | news

Les moutons font attention à leur santé quand ils vont brouter

Une brebis du parc naturel de Dartmoor, près de Plymouth. | Caroline Liddell, DR

Leur état de santé influence les choix alimentaires des moutons. Ceux qui sont en moins bonne forme préfèrent éviter les zones à parasites, quitte à se nourrir dans des endroits moins riches sur le plan nutritif. C’est ce que révèle une étude réalisée par des chercheurs de l’université de Bristol et publiée le 5 février 2020 dans Proceedings of the Royal Society B.

Pourquoi c’est intéressant. La façon dont l’état interne peut interagir avec des facteurs environnementaux dans les décisions que prennent les animaux est encore peu connue. Ce travail met en lumière la façon dont la santé d’une part, et la présence de parasites d’autre part, interagissent pour déterminer la distribution spatiale des moutons dans leur environnement.

| | news

Les grandes étapes de l'épidémie de coronavirus: plusieurs quarantaines à signaler en Suisse

Nous suivons l'évolution de l'épidémie de Covid-19 qui prend sa source à Wuhan, au centre de la Chine. En voici les principales étapes depuis le 31 décembre 2019.

21 février. L’OFSP annonce que plusieurs personnes revenues d’Asie ont été placées en quarantaine en Suisse. Jusqu’à présent, aucune des 280 personnes testées dans la Confédération n’étaient infectées par Covid-19.

L’épidémie pourrait être en train de gagner le Moyen-Orient. L’Iran dénombre 18 cas confirmés et déplore 4 décès. Un cas a également été détecté au Liban, à l’aéroport, en provenance d’Iran. L’OMS se dit soucieuse de la situation.

| | news

Le coronavirus sème le chaos dans la logistique des entreprises

Port industriel de Qingdao, dans l'est de la Chine. | Keystone / AP CHINATOPIX

La plupart des distributeurs suisses de produits électroniques d’origine chinoise disent ne pas encore souffrir de pénurie malgré l’arrêt de la production depuis un mois. Mais les fabricants d’articles de sports, de vêtements, de composants automobiles ou électroniques, qui achètent des matières premières et des produits semi-finis en Chine, tournent déjà au ralenti. Et anticipent une saturation du transports de marchandises quand la Chine repartira.

Pourquoi c’est important. L’épidémie de Covid-19 paralyse le pays en soumettant quelque 760 millions de Chinois à des formes plus ou moins strictes de confinement. Depuis un mois, l’arrêt de la production frappe de plein fouet les chaînes d'approvisionnement dans le monde. En Amérique, le risque de pénurie est limité: la guerre douanière avec la Chine a entrainé la création de stocks dans les ports américains, dans l’attente d’un accord sur les tarifs douaniers. En Europe et en Suisse, les entreprises ne sont pas encore en rupture de produits finis, mais commencent à manquer de composants et de matières premières.

| | news

Faut-il craindre une bulle spéculative de l'intelligence artificielle?

Image d'illustration | Ahmad Ardity/Pixabay

Depuis quelques années, plusieurs économistes et spécialistes du secteur des nouvelles technologies craignent que se forme une bulle spéculative de l’intelligence artificielle (IA). Leur crainte: que les promesses, parfois démesurées, du secteur, nourrissent de faux espoirs auprès des investisseurs, rendus optimistes par des taux d’intérêt faibles poussant au financement.

Pourquoi cela inquiète. L'essor de l'IA suit un schéma étrangement familier: une technologie à haut potentiel qui émerge rapidement, se généralise dans la plupart des secteurs économiques, puis voit se multiplier les start-up qui s’en réclament. C’est ce même schéma qui avait été rencontré à la fin des années 1990 avec le développement d’internet. Sauf que cette situation avait justement provoqué une bulle spéculative, puis débouché sur une crise économique.

| | news

Comment l'IA pourrait transformer un mauvais médicament en excellent antibiotique

Image d'illustration | MIT News

Face à l’augmentation de l’antibiorésistance, l’humanité a désespérément besoin de nouveaux antibiotiques. Des chercheurs du MIT explorent une nouvelle voie: l’apprentissage profond (ou deep learning), approche désormais classique en intelligence artificielle, pour identifier, dans des bases de données de molécules, celles ayant des propriétés antibactériennes. Résultat: la redécouverte d’un ancien candidat médicament contre le diabète, qui s’avère être un antibiotique à large spectre prometteur.

Pourquoi c'est intéressant. Développer de nouvelles solutions antibiotiques est compliqué: l’invention de nouvelles molécules exige des investissements très importants. Selon l'OMS, seulement 60 agents antibiotiques sont actuellement en cours de développement. Un nombre bien faible dans un contexte où de nombreuses bactéries deviennent de plus en plus résistantes aux antibiotiques.

| | interview

Michael Hengartner: «L'EPFL ne doit pas perdre l’envie de viser encore plus haut»

Michael Hengartner, biochimiste de 53 ans, et nouveau président du Conseil des Ecoles polytechniques fédérales depuis le 1er février 2020 | UniZH

Michael Hengartner préside depuis le 1er février 2020 le Conseil des écoles polytechniques fédérales (EPF), entité qui chapeaute l’EPF de Lausanne et l’ETH Zurich bien sûr, mais aussi quatre autres établissements de recherches en Suisse: le WSL, consacré au forêts et à la neige, l’Eawag dédié à l’eau, l’EMPA focalisé sur les matériaux et l’Institut Paul Scherrer (PSI) pour la physique synchrotronique et l’énergie. Ce biochimiste de 53 ans, père de six enfants, était auparavant recteur de l’Université de Zurich et président de la faitière swissuniversities. Entretien.

Pourquoi c’est intéressant. Son arrivée intervient dans un climat chargé en ce qui concerne le domaine des EPF : licenciement d’une professeure de l’ETHZ après des accusations de mobbing, projet de fusion du WSL et de l’Eawag révélé par la presse, nouvelle loi sur les EPF qui attisent l’inquiétude des institutions qui craignent une mise sous tutelle par le Conseil des EPF, relations toujours fragiles avec l’Europe de la recherche…

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | radar

Le CERN sur la piste de la violation de symétrie entre matière et antimatière

L'expérience Alpha est branchée sur le décélérateur d'antiprotons du CERN | CERN

Au Cern, l’anti-hydrogène livre finalement quelques secrets. Étudiée par spectroscopie laser, la structure fine de l’antiparticule de l’hydrogène montre une similitude très marquée avec celle de l’hydrogène. En d’autres termes, le niveau de symétrie entre l’hydrogène et son antiparticule vient d’être vérifié avec une précision accrue. Ces nouveaux travaux, publiés dans Nature, s’avèrent en ligne avec les prédictions de la physique des particules (électrodynamique quantique).

Pourquoi on en parle. En l’état de la physique, la surabondance de matière dans l’univers par rapport à l’antimatière est difficile à expliquer. Elle pourrait être due à une violation de ce qu’on appelle la symétrie CPT (charge, parité, temps), mais celle-ci n’a jamais été mise en évidence. Ces travaux de la collaboration Alpha du CERN représentent une étape supplémentaire en ce sens: on sait désormais à quel niveau de précision il faut se situer pour espérer montrer une possible violation de symétrie de l’atome d’hydrogène. L’enjeu théorique est majeur, car la symétrie CPT dérive directement de la relativité restreinte d’Einstein.

link

Lire l'article sur PhysicsWorld

| | radar

Les émissions de méthane des industries fossiles gravement sous-estimées

Raffinerie pétrolière (image d'illustration) | Kurt Bauschard/Flickr/Creative Commons

La part anthropique — c’est-à-dire attribuable aux activités humaines— des émissions de méthane aurait été sous-estimée. C’est en évaluant la signature isotopique (répartition des différentes variétés moléculaires) du méthane dans l’atmosphère que ces chercheurs ont compris qu’une large part de ce qui était pris pour des émissions naturelles provient en réalité de la combustion des énergies fossiles. Leur étude, repérée par Carbon Brief, a été récemment publiée dans Nature.

Pourquoi c’est important. Le méthane est un gaz à effet de serre environ trente fois plus puissant que le CO2. C’est aussi le deuxième gaz le plus abondant dans l’atmosphère. Selon ces nouvelles estimations, la part de méthane issu de la combustion des énergies fossiles est 25 à 40% plus élevée que ce que l’on pensait. La bonne nouvelle (car il y en a une), c’est qu’il devrait être plus facile de faire décroître ces émissions dues aux activités humaines que celles d’origine biologique…

link

A lire dans CarbonBrief (EN)

| | radar

Plongée dans le monde des virus géants chasseurs de bactéries

Vue schématique d'un bactériophage typique (la tête contient l'ADN viral). | Pixabay

Les phages sont des entités virales qui s’attaquent aux bactéries, comme le savent déjà les lecteurs de Heidi.news grâce à l’exploration «Antibiotiques: les phages contre-attaquent». La microbiologiste Jill Banfield (Berkeley) et ses collaborateurs ont mis au jour tout un monde de phages géants jusqu’ici méconnus. Ils peuplent aussi bien les milieux naturels (dont des lacs français, peuplés d’enormephages…) que des organismes animaux, êtres humains compris. Ces travaux d’exploration génomique ont fait l’objet d’une publication récente dans Nature, et c’est The Atlantic qui en parle le mieux.

Pourquoi c’est énorme. Ces géants possèdent environ dix fois plus d’ADN que le phage typique. Ils sont très sophistiqués, allant jusqu’à employer Crispr-Cas pour détourner la machinerie des bactéries cibles et combattre d’autres phages. De quoi brouiller un peu plus la frontière entre le vivant (bactéries, amibes, champignons…) et le non-vivant (virus), déjà mise à mal par la découverte de virus géants d’amibes au cours de la dernière décennie. En somme, la microbiologie reste une terra incognita à explorer. Et il y a fort à parier que ces chasseurs de bactéries, retrouvés dans le système digestif de Bangladeshi ou encore la bouche de Californiennes, puissent avoir une utilité médicale.

link

A lire dans The Atlantic (EN)

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | radar

Le guide pratique du MIT pour dévier un astéroïde menaçant

Nasa

Quelle est la meilleure stratégie pour éviter la collision avec un astéroïde lancé contre la Terre? Doit-on déployer des missiles à peine l’objet détecté, ou ferait-on mieux d’y envoyer des sondes pour le mesurer et optimiser nos chances de succès? C’est une question de temps, analysent des chercheurs du MIT, repérés par Tech Crunch.

Pourquoi on vous en parle. Dans leur étude à paraître dans Acta Astronautica, ils estiment à cinq ans le temps nécessaire pour une mission de déviation optimale. Reste que pour l’instant, l’humanité n’a jamais tenté de dévier un astéroïde. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de plusieurs missions spatiales de l’ESA et de la Nasa, qui doivent se dérouler en 2022.

link

A lire dans Tech Crunch

| radar

L’environnement et le climat au sommet des préoccupations des Américains

Marche pour le climat, en 2017 à Washington | Flickr

Ces deux thèmes font désormais partie des sujets politiques majeurs pour les citoyens, révèle la dernière enquête du Pew Research Center. Il y a trois ans, seuls 38% des Américains considéraient la crise climatique comme l’une des priorités du gouvernement fédéral, contre 52% aujourd’hui.

Ce qu’il faut retenir. Cette évolution suit de près les lignes de fractures politiques: les électeurs démocrates sont désormais deux fois plus susceptibles que les républicains de considérer l’environnement comme une priorité politique absolue. Quant aux électeurs républicains, l’emploi et la croissance économique sont les priorités.

link

New York Times

| | radar

De plus en plus d'Américains ont recours au crowdfunding pour payer leurs factures médicales

Pixabay / Gerd Altmann

Aux Etats-Unis, on estime qu’environ 20 millions de personnes auraient déjà fait appel à des plateformes collaboratives pour s'acquitter de frais médicaux. Selon une enquête de l’université de Chicago, 20% des Américains ont contribué à de telles collectes de fonds, dont un tiers en faveur de parfaits inconnus. Mais le succès est rarement au rendez-vous. Sur la plateforme GoFundMe, plus de 90% de ces initiatives n’atteignent pas leurs objectifs de financement.

Pourquoi c’est symptomatique. Le système d’assurance maladie américain compte parmi les moins efficients du monde: il coûte très cher et laisse beaucoup d’assurés sur le bas-côté. Après plusieurs années de baisse, la proportion d’Américains sans couverture santé est repartie à la hausse en 2019, pour atteindre environ 30 millions de citoyens (soit 10% de la population). Sans oublier les frais à charge des assurés, qui ont quadruplé en dix ans. L’assurance maladie s’annonce ainsi d’ores et déjà comme un des thèmes majeurs de l’élection présidentielle de 2020.

link

A lire sur Gizmodo (EN)