Heidi.news propose un journalisme constructif axé dans un premier temps sur la science et la santé, ainsi que des grands reportages. C'est un média financé par ses lecteurs, sans publicité.

Abonnez-vous
| | news

5 milliards de personnes privées de soins en 2030? L’OMS lance un appel pour éviter ce scénario

Dispensaire à Madagascar. | USAID

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) publie son «Monitoring 2019» sur la couverture maladie universelle ce dimanche 22 septembre, la veille d’une réunion dite «de haut niveau» à l’Assemblée générale des Nations unies. Ce rapport salue les progrès réalisés dans l’accès aux services de santé de base depuis l’an 2000. Il constate aussi un ralentissement depuis 2010, surtout dans les pays les plus pauvres, où de plus en plus de personnes doivent payer leurs soins eux-mêmes.

Pourquoi c’est urgent. Au rythme actuel, l’OMS évalue à cinq milliards le nombre de personnes qui seront privées d’accès aux soins de santé essentiels dans le monde en 2030. En investissant au moins 1% de leur PIB dans le secteur de la santé primaire, les Etats pourraient corriger le tir.

| | chronique

Comment l’hypocondrie m’a ouvert la porte du journalisme

Notre journaliste Malka Gouzer raconte la genèse de l'Exploration qu'elle a réalisée pour Heidi.news. Cela commence dans le Caucase, à la recherche de bactériophages, ces virus qui permettent de soigner des maladies sans recourir aux antibiotiques.

La porte est discutable, car le journalisme n’est pas un métier qui rayonne de vitalité, mais n’épiloguons pas sur ce sujet fort délicat. C’est donc grâce à l’hypocondrie, cette névrose somatoforme que le DSM IV peine à définir, que je suis tombée la tête la première dans le journalisme. De fait, les enquêtes, interviews et reportages m'ont toujours semblé être les meilleurs moyens de camoufler ou justifier l’intensité de mes préoccupations personnelles.

Dès qu’une inquiétude me submerge, je me noie dans des recherches et j'appelle des dizaines de représentants éminents de la médecine de pointe sous prétexte de rédiger un article pour Planète Santé.

| | radar

Depuis les années 1970, les populations d'oiseaux nord-américaines se sont effondrées

Bruant Hudsonien | Skeeze / Pixabay

Près de 3 milliards d’oiseaux en moins en 50 ans. C’est le constat amère établi pour l’Amérique du Nord par une étude publiée dans Science et détaillée par le Scientific American. Comparée aux populations de 1970, cela représente une perte sèche de 29%.

Pourquoi on vous en parle. Le dernier rapport de l’IPBES indiquait déjà qu’un peu plus de 20% des espèces aviaires sont menacées à des degrés divers. Cette nouvelle estimation, au niveau du nombre d’individu, donne une nouvelle idée de l’ampleur que prend cette disparition. Parmi les plus touchés, les oiseaux de campagnes, victimes de la perte d’habitat et de l’utilisation des pesticides.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Ce qu’il faut attendre du Sommet action climat de l’ONU à New York

Greta Thunberg manifestant devant le siège de l'ONU à New York le 6 septembre. (Photo: KEYSTONE/AP/RICHARD DREW)

Cet article a été publié à l’origine dans le «New Scientist». Il est republié ici dans le cadre du partenariat de Heidi.news avec «Covering Climate Now», une collaboration de plus de 250 médias pour renforcer la couverture du réchauffement climatique.

Selon les observateurs, les chances d’une avancée majeure en matière de lutte contre le changement climatique lors de la rencontre historique, qui se tiendra à New York lundi 23 septembre, sont faibles. Les milliers de militants qui descendent dans les rues semblent déçus d’avance par ce Sommet action climat de l’ONU.

Ce sommet est sans doute l’événement le plus important pour le climat depuis l’Accord de Paris en 2015. L’un des principaux éléments de cet accord historique était que les pays signataires revoient d’ici à 2020 à la hausse leurs stratégies de réduction des émissions de CO2, qui restent insuffisantes pour atteindre les objectifs fixés à Paris.

Commandez notre Revue

L'Etivaz, le génie fromager

| | éditorial

Une semaine d'urgence climatique

Tout au long de cette semaine, Heidi.news a participé à l’opération «Covering Climate Now», une collaboration mondiale de plus de 250 médias d’information pour renforcer la couverture du sujet climatique en vue du United Nations Climate Action Summit de lundi.

Lancé par la «Columbia Journalism Review» avec le «Guardian» et «The Nation», ce partenariat vous a permis de lire chez nous des traductions de plusieurs titres prestigieux ainsi que nos propres enquêtes publiées notamment dans le cadre de la série «Que changer pour le climat». Le tout exceptionnellement en accès gratuit au vu de l’importance de la sensibilisation du plus grand nombre sur ce sujet.

| | news

Comment ces présentateurs météo américains sont devenus les héros discrets de la crise climatique

WLBZ/WCSH, KOLR10/KOZL, KOB-TV et WRGZ

Cet article a été publié à l’origine dans le «Guardian». Il est republié ici dans le cadre du partenariat de Heidi.news avec «Covering Climate Now», une collaboration de plus de 250 médias pour renforcer la couverture du réchauffement climatique.

Forts de la confiance qu’ils inspirent, ils s’emploient à établir les liens nécessaires entre climatologie et phénomènes météorologiques extrêmes, ce qui contribue à faire évoluer les mentalités.

Les présentateurs météo des chaînes de télévision locales sont devenus de véritables héros de la lutte contre la désinformation climatique. Ces dix dernières années, de plus en plus de météorologues et de journalistes météo se sont mis à évoquer la crise climatique, que ce soit au cours de leurs bulletins ou dans le cadre d’émissions spéciales, de manière à permettre aux téléspectateurs de mieux comprendre la situation et ses enjeux.

| | interview

Andréa Pfeifer: «Il y a de bonnes chances de traiter Alzheimer grâce aux travaux sur une nouvelle protéine»

Andréa Pfeifer, fondatrice et directrice de l'entreprise lausannoise AC Immune, lors de l'introduction en bourse au Nasdaq en septembre 2016. | Nasdaq

La journée mondiale d’Alzheimer (le 21 septembre) oblige à dresser un constat difficile: il n’existe toujours pas de traitement et les coûts liés à la maladie risquent de faire exploser les systèmes de santé. Des médicaments actifs sur une protéine, baptisée Tau et jusqu’ici jugée moins prioritaire, pourraient changer la donne. L’entreprise lausannoise AC Immune a reçu ce 20 septembre un financement de 30 millions de francs pour poursuivre les recherches sur cette protéine. Sa fondatrice et directrice Andréa Pfeifer explique pourquoi cette manne est capitale.

Pourquoi il y a urgence. Dans le monde, un nouveau cas de démence, le plus souvent lié à Alzheimer, est diagnostiqué toutes les trois secondes. Cela signifie que d'ici 2050 le nombre de personnes atteintes de démence devrait plus que tripler, pour atteindre 152 millions. Avec un coût mondial qui passera d'environ 1000 milliards de dollars à 2000 milliards de dollars d'ici 2030.

| | news

Against all expectations, DNA of released genetically engineered mosquitoes could live on in nature in Brazil

Le moustique Aedes aegypti, vecteur de diverses maladies | James Ghatny, Wikkicommons

In Jacobina, Brazil, every week between June 2013 and September 2015 saw the release of around 450,’000 genetically modified male specimens of the mosquito species Aedes aegypti. The mosquitoes were developed in the labs of British firm Oxitec and propagated in Brazil. The aim of this large-scale trial was to decimate the local mosquito population; the genetically modified males would mate with wild females and the resulting offspring would die off as the result of a genetically engineered manipulation.

Why it’s interesting. Reducing the mosquito population should reduce the number of dengue fever and zika virus infections since the viruses that cause them are transmitted to humans by Aedes aegypti.

| | radar

La Suisse rend hommage à un glacier presque disparu (l'Autriche en passe deux à la pelleteuse)

Les pelleteuses à l'oeuvre sur le glacier du Pitztal, en Autriche | Vincent Sufyian / WWF

Le glacier du Pizol, dans le canton de Saint-Gall, n’est (presque) plus. Plusieurs associations ont prévu de lui rendre un dernier hommage ce dimanche, explique La Liberté. Dans le même temps, un projet d’extension de domaines skiables dans le Tyrol autrichien implique la destruction partielle de deux glaciers, selon Montagne Magazine.

Pourquoi c’est (doublement) important. Ayant perdu entre 80 à 90% de son volume, le glacier du Pizol est devenu tellement petit qu’il n’est plus mesurable, victime du réchauffement climatique. Mais c’est un tout autre sort qui menace les glaciers Pitztal et Ötztal, en Autriche: le premier est destiné à être nivelé sur 64 hectares pour façonner de nouvelles pistes skiables et à être rasé sur 1,6 hectares pour laisser la place aux infrastructures qui iront avec. Le tout malgré les actions et protestations d’ONG telles que WWF.

| | radar

La justice européenne a tranché: le bisphénol A est bien un perturbateur endocrinien

Le bisphénol A est facilement utilisé dans le contenants en plastique. | Shutterstock

La justice européenne ne reviendra pas sur la décision de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) de classer le Bisphénol A comme perturbateur endocrinien en 2017. Ceci malgré la plainte de l’association Plastics Europe, représentant les producteurs de matières plastiques. C’est la deuxième décision de justice allant dans ce sens, détaille Le Monde.

Pourquoi c’est important. On qualifie de perturbateur endocrinien les substances ayant un effet néfaste sur l’équilibre hormonal, pouvant entraîner des conséquences grave pour la santé. Aujourd’hui interdit dans bon nombre de plastiques à vocation alimentaire, le Bisphénol A est encore fortement utilisé, notamment pour ses propriétés thermiques. Les alternatives sont encore rares et, comme le Bisphénol S, ne sont pas exempt de risques sanitaires.

link

Lire l'article dans Le Monde

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | twitter

Ancien ministre congolais de la santé, Oly Ilunga inculpé pour détournement de fonds destinés à la lutte contre Ebola

Oly Ilunga, également médecin, est accusé d’avoir détourné plus de quatre millions de dollars prévus pour lutter contre Ebola, alors que l’épidémie en cours depuis 2018 a déjà fait plus de 2000 morts. Il a depuis été placé en résidence surveillée.

| | news

Des panneaux solaires flottant sur un lac de barrage: une première mondiale en Valais

Photomontage du projet final sur le Lac des Toules, en montant au Col du Grand-Saint-Bernard | RomandeEnergie

Installer des panneaux solaires sur un lac de barrage en montagne pour produire de l’électricité : le projet pilote du Lac des Toules sur la route du col du Grand-Saint-Bernard – une première mondiale ! – est à bout touchant. Mené par Romande Energie, l’assemblage des structures photovoltaïques (PV) vient de débuter; elles devraient être mises à flot ces prochains jours par hélicoptère.

Pourquoi c’est intéressant. Installer des panneaux solaires en montagne est particulièrement intéressant, vu l’intensité de l’ensoleillement. Pouvoir le faire sur une surface plane n’est pas réalisable partout. Certains lacs de barrage se prêtent toutefois bien à l’expérimentation. L’installation pilote du Lac des Toules devrait pouvoir produire jusqu’à 818 MWh, soit l’équivalant de la consommation annuelle de plus de 220 ménages. Mais le défi technologique reste entier, sans parler de l’impact visuel sur le paysage.