Heidi.news propose un journalisme constructif axé dans un premier temps sur la science et la santé, ainsi que des grands reportages. C'est un média financé par ses lecteurs, sans publicité.

S'abonner
| | news

Les morts dues à la rougeole continuent d'augmenter

Pixabay / Gerd Altmann

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les Centers for Diseases Control (CDC) américains, la résurgence épidémique de la rougeole dans le monde a fait 142'000 morts en 2018. C’est 20'000 décès de plus que l’année précédente. L’Afrique subsaharienne est la région la plus touchée, suivie de l’Amérique latine et du Moyen-Orient.

Pourquoi ça se produit. Une couverture vaccinale élevée est nécessaire pour protéger la population contre la rougeole, qui est un virus extrêmement contagieux. L’OMS recommande un taux de couverture des enfants de 95%, avec deux doses de vaccin (pour optimiser les chances d’obtenir une immunisation). À l’échelle mondiale, la couverture vaccinale stagne ces dix dernières années, autour de 86% pour la première dose chez les enfants (et moins de 70% en comptant la seconde).

| | news

Grâce à une spin-off de l'EPFL, un astronaute ressent depuis l'espace ce que touche un robot sur Terre

Luca Parmitano, depuis l'ISS, en train de commander le robot à l'aide (dans sa main droite) de l'interface de Force Dimension | ESA)

Guider un robot situé sur Terre depuis la Station spatiale internationale (ISS), en disposant d’une interface à retour de force très fiable, autrement dit un outil permettant de «ressentir» à distance les faits et gestes du robot: c’est l’exploit qu’a rendu possible Force Dimension, une petite PME suisse née d’une spin-off de l’EPFL.

Pourquoi c’est intéressant. Pouvoir recréer l’illusion du toucher peut être déterminant pour bien commander un robot à distance, qui plus est lorsque celui-ci explore une surface largement inconnue, comme ce sera le cas avec les futurs robots lunaires qui seront probablement commandés depuis un poste spatial habité en orbite autour de la Lune. Force Dimension a réalisé ce projet pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA) en moins d’un an – une prouesse!

| | radar

L'Europe proche du point de bascule climatique, selon une agence de l'UE

L'Europe vue depuis la Station spatiale internationale | ESA

Avec le changement climatique, l’Europe fait face à un défi «d’une ampleur et d’une urgence inédite», alerte un rapport de l’Agence européenne pour l’environnement paru le 4 décembre. La situation ne s’est pas améliorée du tout depuis le précédent état des lieux, qui date de 2015. Une mise en garde avant tout politique, que relaye EurActiv.

Pourquoi c’est important. Plusieurs phénomènes contribuant au réchauffement sont aujourd’hui proches du point de bascule: le risque est d’entrer en zone inconnue. Et surtout, critique le rapport, des décisions politiques radicales peinent à être prises, les décideurs privilégiant des solutions insuffisamment ambitieuses. La sortie de ce rapport intervient une semaine avant le très attendu «Green deal» de la Commission européenne, qui doit proposer une stratégie pour atteindre la neutralité carbone en 2050.

link

Lire l'article sur EurActiv

Nos offres de fin d'année

| | news

Les retraites et la santé sont les premières sources d'inquiétudes des Suisses

L'évolution des sources d'inquiétudes des Suisses entre 2006, 2012 et 2019. | Crédit Suisse

Les retraites et la santé sont les deux principales sources de préoccupations des Suisses en 2019. C’est ce qu’indique le Baromètre des préoccupations 2019 du Crédit Suisse, réalisé par l’institut de sondage gfs.bern. L’immigration et le climat occupent les troisième et quatrième rangs, tandis que le chômage se classe en cinquième position.

Pourquoi c’est intéressant. La prévoyance vieillesse et la santé (assurances-maladie) inquiètent respectivement 47% et 41% des sondés. L’impossibilité des politiques à réformer ces deux secteurs font craindre le pire: baisse de revenus, voire explosion du système de retraites, d’un côté, et hausse continuelle des primes d’assurance-maladie, de l’autre.

| | news

Le climat au quatrième rang des inquiétudes des Suisses

Les rives asséchées du Lac des Brenets, à la frontière franco-suisse, pendant la sécheresse de l'été 2018. | Anthony Anex / Keystone

La protection de l’environnement et le climat se positionnent à la quatrième place dans le palmarès des principaux motifs d’inquiétude des Suisses. C’est ce qu’indique le Baromètre des préoccupations 2019 de Crédit Suisse, réalisé par l’institut de sondage gfs.bern. Les retraites, la santé et l’immigration occupent, dans l’ordre, les trois premiers rangs. Le chômage arrive en cinquième position.

Pourquoi c’est intéressant. L’environnement et le climat ont été cités par 29% des personnes interrogées. Cela correspond à moins d’un tiers des sondés, ce qui peut sembler peu. Mais la thématique préoccupe clairement de plus en plus les citoyens du pays. Elle progresse de six points de pourcentage par rapport à 2018. En 2016, seuls 13% l’avaient évoquée. Le sujet se situait alors au 13e rang des préoccupations.

| | twitter

Revivez le lancement SpaceX vers la Station spatiale internationale

<blockquote class="twitter-tweet"><p lang="en" dir="ltr">Falcon 9 launch of Dragon targeted for 12:29 p.m. EST, 17:29 UTC. Winds are looking better ahead of today’s attempt → <a href="https://t.co/gtC39uBC7z">https://t.co/gtC39uBC7z</a> <a href="https://t.co/p3p2XhxFRz">pic.twitter.com/p3p2XhxFRz</a></p>&mdash; SpaceX (@SpaceX) <a href="https://twitter.com/SpaceX/status/1202595442262806531?ref_src=twsrc%5Etfw">December 5, 2019</a></blockquote>

Le lancement, propulsé par une fusée Falcon 9, était retransmis en direct ci-dessous. La capsule Dragon doit ainsi ravitailler la Station spatiale internationale (ISS). Elle a déjà été utilisée lors de précédentes missions de ravitaillement, notamment en septembre 2014 et en juin 2017. A cette occasion, la firme américaine tentera, une fois de plus, de récupérer le premier étage de sa fusée, qui doit retomber sur l’océan Atlantique, à l’aide d’une barge flottante.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | twitter

Tout savoir sur le dossier électronique du patient qui sera lancé en avril 2020

Le dossier électronique du patient (DEP) doit être mis en service en avril 2020, après des années de tergiversations. Il permettra au patient de partager ses données avec les différents professionnels de santé. Cette brochure éditée par les services électroniques de santé des cantons résume les principales fonctionnalités du DEP: les informations à disposition, les niveaux de confidentialité et la façon dont il sera possible de contrôler l’accès à ses données.

Le dossier patient a été adopté dans la loi fédérale en 2017, afin d’améliorer la coordination et la sécurité des soins, et réduire les coûts de la santé en limitant les soins inutiles. La participation au DEP sera obligatoire pour les hôpitaux et les cliniques dès 2020. Les EMS et les maisons de naissance les rejoindront deux ans plus tard. Un des défis pour les autorités sanitaires consiste à convaincre les médecins privés de jouer le jeu. L’autre enjeu sera bien sûr la participation des patients, qui pourront créer leur dossier médical sur dossierpatient.ch dans les mois à venir.

| | radar

La Chine mêlerait la génétique à la reconnaissance faciale pour cibler plus facilement les Ouïghours

Image d'illustration | DARKO VOJINOVIC/AP/KEYSTONE

Depuis plusieurs années, la Chine est accusée de persécuter les Ouïghours, peuple turcophone et musulman de la région du Xinjiang, et de les interner dans des camps. Combiné au système de reconnaissance faciale, cela pourrait bientôt aller encore plus loin, alerte le New York Times, en indiquant que les autorités de la ville de Tumxuk ont commencé à collecter les échantillons sanguins d’une centaine de Ouïghours. L’enjeu: développer un outil de «phénotypage» de l'ADN pour construire des portraits-robots de cette minorité.

Pourquoi c’est inquiétant. La Chine est le pays qui est allé le plus loin en matière de généralisation de la reconnaissance faciale. La crainte est que ces prélèvement sanguins permettent de construire des outils capables de révéler les origines ethniques, inscrites dans les gènes d’une personne, à l’aide des systèmes de reconnaissance faciale. Ces technologies, qui ont bénéficié de subventions de recherche en Occident, posent aujourd’hui de graves problèmes éthiques, à commencer par l’enjeu du consentement (ou plutôt de son absence) des personnes qui participent à ces essais en Chine.

link

Lire l'article du New York Times

| | radar

Les malades de Huntington entre espoir et détresse face à un traitement possible

Pixabay / Gerd Altmann

Le site médical Stat a plongé dans le quotidien des malades de Huntington, cette maladie neurodégénérative héréditaire dont les symptômes évoquent une combinaison d’Alzheimer et Parkinson. L’affection est incurable mais un nouveau traitement expérimenté par Roche pourrait permettre de retarder son évolution. Une lueur d’espoir pour les patients et leur entourage, mais tous ne peuvent prétendre rejoindre l’essai clinique – il faut être ni trop jeune ni trop vieux, ni trop gros ni trop maigre, ne pas être trop diminué… Et même les 660 élus ont une chance sur deux de se voir attribuer un placebo.

Pourquoi c’est un moment critique. La maladie de Huntington est liée à un défaut du gène HTT, à l’origine de la production d’une protéine anormale toxique pour le cerveau. Elle est héréditaire et se déclare typiquement vers 30-40 ans, quand les porteurs ont déjà eu des enfants. Des familles entières vivent donc sous cette épée de Damoclès. Mais la situation pourrait changer. Les premières thérapies géniques sont actuellement à l’essai. Pour la première fois, elles offrent la perspective de faire de cette affection létale une maladie chronique.

link

À lire sur Stat News

| | opinion

Un grand philosophe de l’esprit est décédé dans le silence général

Le philosophe américain d’origine coréenne Jaegwon Kim est décédé le 27 novembre 2019, à l’âge de 85 ans. Il était une figure majeure de la philosophie contemporaine, de ce courant qui essaie de concilier la science et la métaphysique pour comprendre la nature de l’esprit. François Loth, philosophe, blogueur et chercheur associé à l’université Rennes 1, revient sur sa pensée.

Jaegwon Kim, de l’université Brown (États-Unis), était l’un des philosophes les plus éminents dans son domaine: la philosophie de l’esprit. Connu et apprécié dans le milieu universitaire par la rigueur et la précision de ses arguments, il laisse en héritage, un travail précieux et extrêmement utile à de nombreux champs de la connaissance. En effet, ce que l’on nomme le «mind-body problem», qui est au cœur de la philosophie de l’esprit, affecte, bien au-delà de son département, toutes les sciences dédiées à l’étude de l’esprit: neurosciences, sciences cognitives, intelligence artificielle…

L’aire d’intervention de Jaegwon Kim en épistémologie et métaphysique de l’esprit couvre, sur près de cinquante ans, une variété de sujets comme l’émergence du mental ou encore l’épineux problème que nous légua Descartes: l’interaction entre l’esprit et la matière. La manière dont il clarifia et stabilisa ces questions, dans un style scrupuleusement analytique, atteste d’une pratique honnête et méticuleuse de la logique de l’argument.

| | radar

La sonde Parker Solar Probe livre ses premiers résultats

Vue d'artiste de la sonde Parker Solar Probe | Nasa

La sonde américaine Parker Solar Probe est celle qui s’est approchée le plus près du Soleil. Lancée en août 2018, elle a déjà pu survoler trois fois notre étoile: le point le plus proche n’était que de 3,83 miles (soit 6,16 kilomètres). Ses premiers résultats ont fait l’objet d’une triple publication dans Nature, raconte le Guardian.

Pourquoi c’est intéressant. Pourquoi la couronne solaire est-elle si chaude — environ un million de degrés — alors que sa surface n’est qu’à quelques milliers de degrés «seulement»? Les données esquissent un début de réponse: parce que le vent solaire, ce flux de plasma éjecté par le Soleil, est libéré de façon non continue, mais explosive. Autre surprise: l’état d’empoussièrement de la sonde au fur et à mesure de sa progression. Il pourrait s’agir de vestiges d’astéroïdes vaporisés à l’approche du Soleil.

link

Lire l'article publié sur le Guardian

| | radar

Un homme d’affaires malgache veut donner ses lettres de noblesse à la médecine traditionnelle de l'île

L'île de Madagascar se caractérise par une flore particulièrement riche, et 80 % des plantes locales n'existent pas ailleurs. | Flickr / Frank Vassen

Dans sa clinique d'Antsakaviro, dans la capitale de Madagascar, Jean-Claude Ratsimivony emploie des chercheurs pour élever la pharmacopée malgache au même rang que les médecines traditionnelles chinoise et indienne. L’entrepreneur, fondateur d’une société de vente de produits phytothérapeutiques, souhaite s’appuyer sur la riche biodiversité de l’île, où 80% des plantes sont endémiques, pour développer une médecine intégrative. Son portrait est signé Jeune Afrique.

Pourquoi il ne fait pas consensus.
Formé par des guérisseurs malgaches, titulaire d’un doctorat en psychologie français et de diplômes en naturopathie et homéopathie suisses, l’homme a les moyens de ses ambitions. Qui ne sont pas minces: propriétaire de sa clinique à Antananarivo, il prévoit d’ouvrir quatre autres centres sur l’île. Une entreprise qui interroge médecins généralistes et hospitaliers malgaches, circonspects sur la place à accorder à cette médecine d’inspiration traditionnelle.

link

A lire dans Jeune Afrique

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | opinion

Les robots ici et maintenant: offrir un format au débat de société

Les robots travaillant à notre «service» soulèvent des défis éthiques de taille pour la cohabitation humains-machines. Le laboratoire d’éthique de l’innovation Ethix a testé un nouveau format de participation, le «Dîner d’éthique», pour identifier ces défis et mesurer l’effet d’un débat sur les opinions des participant-es. Johan Rochel, spécialiste d’éthique de l’innovation, présente les résultats intermédiaires de cette expérience.

Dans les institutions de soins (hôpitaux, maisons de retraite, réhabilitation), pour l'accueil en magasin ou à l’hôtel, pour un service d’information à la clientèle, les robots deviennent des interlocuteurs du quotidien. Cette cohabitation pose de nombreuses questions de société. Pour les entreprises qui recourent à ces outils, d’importantes questions de réputation, de service à la clientèle, mais également d’efficacité et d’économie se combinent dans une pesée d’intérêts complexe.

Pour y voir plus clair, le laboratoire d’éthique de l’innovation Ethix a organisé trois «Dîners d’éthique» en coopération avec la start-up apps4science, développée par le Dr. Dominik Wyss de l’Université de Stuttgart. Réunis pour trois dîners, un total de 36 participant-es (3x12 personnes) ont débattu d’éthique des robots. Ces quelques lignes présentent ce format et les résultats de cette discussion.

| | radar

Pour les peintres de Lascaux, nous étions «de la viande qui pense»

(Julia Wald)

Un intriguant essai sur les grottes de Lascaux et la vision que nos ancêtres, peintres en caverne, avaient d’eux-mêmes. Leur art qui faisait grand cas de la vie animale, figurant aurochs et félins à grand renfort de couleurs et de détails, représentait les êtres humains en bâtonnets enfantins, sans relief ni pigment.

De l’art vide d’ego, dicté, selon l’écrivaine militante Barbara Ehrenreich, par la position de nos ancêtres en bas de la chaîne alimentaire. Face à la nature toute puissante, ils savaient pertinemment n’être que de la viande, certes, mais «de la viande qui pense». Un réflexion à lire en anglais sur The Baffler.

link

The Baffler