| | radar

Les archives de Münsterlingen révèlent l'ampleur d'un essai clinique sauvage survenu en 1954

Vue du bâtiment de la clinique psychiatrique, de Münsterlingen, où les tests de dépistage de drogues effectués sur les patients par le psychiatre Roland Kuhn dans les années 1950 auraient été plus poussés que prévu. | Keystone / Gian Ehrenzeller)

A Münsterlingen, dans le canton de Thurgovie, le psychiatre Roland Kuhn a mené des essais cliniques sauvages durant quatre décennies. Le directeur a testé au moins 67 substances sur quelque 3’000 patients n’ayant pas donné leur consentement. Nous avons traduit en anglais l’article complet de la NZZ du 23 septembre, au vu de l’ampleur du scandale en Suisse alémanique et de l’excellent travail de recherche réalisé par le centre des archives de Münsterlingen.

Pourquoi on vous en parle. L’arrivée de la cargaison de préparation G 22150 en avril 1954 à la clinique psychiatrique de Münsterlingen a marqué le début d'une longue série d'essais cliniques dans l’institution. Le médecin-chef Roland Kuhn y a évalué les effets psychopharmacologiques de nouvelles substances non approuvées. Le psychiatre collaborait avec des entreprises pharmaceutiques bâloises. Il réagit d’abord avec prudence aux demandes d'essai: «Je ne veux pas faire un travail que je ne peux pas réaliser avec la rigueur nécessaire». Mais ses inhibitions disparaissent et il est rapidement gagné par une «véritable fièvre expérimentale», comme on peut le découvrir dans l'étude récente Forschungsbuch zu Medikamententests in Münsterlingen.

link

Lire l'article original en allemand de la NZZ

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi